Martin Luther King, celui qui a mis l'Amérique face à ses contradictions

Présentée par UAC-37674

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 7 avril 2018 à 14h00

Durée émission : 55 min

Martin Luther King, celui qui a mis l'Amérique face à ses contradictions

© Wikimédia commons - Rencontre de Martin Luther King et Lyndon Johnson à la Maison-Blanche, 1966.

"Il a dénoncé ce qu'il y avait de pire dans l'Amérique." Si Martin Luther King a incarné un peuple opprimé, son combat non violent s'adressait à tous.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: "We hold these truths to be self-evident; thal all men are created equal".
Martin Luther King, le 28 août 1963

 

"J'ai fait un rêve..." Des mots, une voix, un discours désormais connu dans le monde entier. Ils sont le symbole de ce dont un homme est capable de mettre en œuvre pour lutter contre la discrimination, la ségrégation, l'humiliation dont une partie de ses semblables est victimes. Ils sont ceux de Martin Luther King, dont on commémore le cinquantième anniversaire de la mort. "C'est quelqu'un de fascinant car il a mis les États-Unis au défi de se confronter à ce qui était leur principale contradication, qui était la question raciale, explique Sylvie Laurent, biographe de Martin Luther King, et qui l'a fait sans jamais ne verser dans une espèce de rejet radical, de condamnation ou bien de divorce absolu avec les États-Unis."
 

"À partir de ses 27 ans, chaque jour il est menacé de mort, il faut une force morale absolument surhumaine pour parvenir à continuer le combat dans ces conditions

 

IL Y A 50 ANS, LA MORT DE MARTIN LUTHER KING - Mercredi 4 avril, on commémore le 50è anniversaire de la mort de Martin Luther King. Qui était-il? Quel était son engagement sociétal et spirituel? RCF vous propose une programmation spéciale.
> En savoir plus

 

Celui qui a mis l'Amérique face à ses contradictions

"Il a dénoncé ce qu'il y avait de pire dans l'Amérique tout en lui donnant l'idée qu'elle pouvait faire mieux, qu'elle pouvait avancer sur la voix du progrès." En fait, ce qu'il y a d'exceptionnel et même de "surprenant" chez Martin Luther King, c'est qu'il a incarné "un peuple à ce point opprimé" et fait à toute la nation "une déclaration de confiance".

On pense inévitablement à un Nelson Mandela (1918-2013), qui après de 27 ans de captivité, a œuvré pour la réconciliation et le pardon. "Ces figures capables de penser pour des raisons pragmatiques, stratégiques, mais aussi éthiques, que la confrontation et le ressentiment ne mèneraient à l'intérêt de personne." 
 

Issu de la classe moyenne noire d'Atlanta

Dans le quartier où Martin Luther King grandit, à Atlanta, il souffre beaucoup moins de la ségrégation et du racisme que d'autres Noirs plus pauvres dans des régions rurales reculées. "Il a cette chance d'être issu d'une famille de classe moyenne, dans un quartier noir où la majorité de la population est elle-même classe moyenne et noire, il y a une forme d'entre soi qui est une forme de protection." Prospérité qui attise cependant la jalousie des Blancs, qui ont eu dans plusieurs villes "des réactions extrêmement brutales et criminelles" et ont mis à sac "des quartiers entiers".

Issu d'une famille de pasteurs, né en 1929, "l'année où la misère commence à ravager l'Amérique", rappelle l'historienne, le jeune Martin Luther entend chaque dimanche son père prêcher et appeler à l'unité et au courage. Mais c'est aussi et surtout "dans son propre cheminement personnel, dans ses propres lectures" qu'il trouvera l'inspiration pour penser son combat, "c'est-à-dire comment faire une révolution non-violente".
 

Une expérience mystique dans la vie de Martin Luther King

Issu d'une famille baptiste, cette école protestante "assez rigoriste", avec une lecture des Écritures "très littérale", Martin Luther King est profondément croyant. Mais comme le dit l'historienne, "il est né dans l'Église, il n'a jamais eu besoin de se poser la question de Dieu". Et c'est d'autant plus fascinnant de découvrir que Martin Luther King a connu un épisode mystique, qu'il raconte dans son autobiographie. Un soir où il était assis à la table de sa cuisine et où il était en proie au doute, harcelé par les notables blancs de Montgomery (Alabama), il entend une voix : "Martin je suis avec toi, n'aie pas peur, mets-toi debout et prie". 

Lui qui ne s'était jamais vraiment interrogé sur sa foi éprouve "pour la première fois le sentiment que Dieu l'accompagne", explique Sylvie Laurent. "À partir de ses 27 ans, chaque jour il est menacé de mort, il faut une force morale absolument surhumaine pour parvenir à continuer le combat dans ces conditions." Martin Luther King dira toujours que c'est le soutien de ses amis qui l'a aidé, mais aussi cette présence de Dieu ressentie "au moment le plus faillible" qui ne l'a jamais quittée. 

 

Émission enregistrée en juin 2015

 

Invités

  • Sylvie Laurent, historienne, spécialiste de l'Amérique et de la llittérature américaine

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 21h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!