Partir en vacances, ça fait grandir

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 5 juillet à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Corinne SIMON/CIRIC - 19 août 2015 : A l'occasion des 70 ans du Secours Populaire Français (SPF), 70 000 enfants et adultes privés de vacances se sont rassemblés sur le Champ-de-Mars pour le Pari(s) des solidarités. Paris (75), France.

Chaque été la France se divise en deux, il y a ceux qui partent et ceux qui restent. Et pourtant, partir en vacances c'est fondamental pour les jeunes, ça fait grandir.

Depuis dimanche, 60 jeunes adolescents d'horizons divers recrutés par BECOME réalisent un projet citoyen. Des vacances pas comme les autres directement inspirées du service citoyen britannique, le National Citizen Service (NCS). Les vacances, c'est le moment de sortir de son cocon, de rencontrer d'autres jeunes et de prendre conscience qu'avec les autres on peut monter des projets. Et faire bouger les lignes. Camps scouts, colonies de vacances, échanges internationaux, les programmes ne manquent pas. Et pourtant, un enfant sur trois ne part pas en vacances dans notre pays.

 

"Aujourd'hui, il y a ceux qui partent et ceux qui ne partent pas, c'est une vraie fracture sociale"

 

 

Vacances, la France se divise en deux

L'été c'est deux, parfois trois, mois de vacances. Et pour un tiers des enfants, cela signifie rester chez soi. Dans les cités, à la périphérie des grandes villes, ce sont des journées entières sans éducateur, à s'ennuyer, traîner ou regarder la télévision. "Les vacances, c'est pas du luxe" ; "Les vacances, c'est comme la soupe ça fait grandir". C'est sur ces slogans que le Secours populaire mobilise sur la question du droit des vacances. Une conviction forte et une des valeurs de l'association depuis sa création en 1945. L'accès aux vacances est d'ailleurs rappelé dans la loi contre les exclusions de 1988, comme le rappelle Dominique Desarthe. "Aujourd'hui, il y a ceux qui partent et ceux qui ne partent pas, c'est une vraie fracture sociale."
 



 

Des solutions solidaires, en France...

Cet été, ce sont des centaines d'enfants qui vont pouvoir partir grâce au Secours populaire. Outre les séjours au sein d'une famille le temps des vacances, grâce au dispositif Famille de vacances, l'association propose aussi des centres de vacances et des villages "Copains du monde", pour se rencontrer entre jeunes de différents pays. Et pour ceux qui ne sont pas partis, la journée des "Oubliés des vacances" permet à ceux qui n'ont jamais vu la mer de mettre les pieds dans l'eau à la fin de l'été.
 

... et dans le monde

Depuis 1994, l'association Apprentis d'Auteuil propose des Actions éducatives de solidarité internationale (AESI). Dans plusieurs pays du monde - Argentine, Maroc, Grèce - en lien avec des partenaires locaux, des Chantiers internationaux permettent de vivre une expérience de solidarité internationale. "Avec un enjeu de citoyenneté à chaque fois, explique Aurore Bonifassi, on prend conscience de ce que l'on peut faire à son niveau, avec les autres."

 

Invités

  • Dominique Desarthe , secrétaire générale de la fédération du Secours populaire de la Sarthe, membre du bureau national, chargée des vacances

  • Aurore Bonifassi , responsable International pour la région Ile-de-France des Apprentis d'Auteuil

  • Marion Chapulut , fondatrice et directrice de BECOME

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Stéphanie Gallet reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.