Quand l'art sacré aide à voir l'invisible

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Angle

mardi 27 mars 2018 à 17h03

Durée émission : 55 min

Quand l'art sacré aide à voir l'invisible

© François-Xavier de Boissoudy, "La vie d’une femme - Stabat Mater, nocturne" (2017)

Comment rendre compte de la foi en la résurrection? Dans une époque peuplée de "saints Thomas" qui demandent à voir pour croire, et si l'art sacré nous aidait à voir l'invisible?

Quand la peinture, la sculpture ou la littérature tentent de nous faire voir ce qui nous échappe. En cette Semaine sainte, où les chrétiens font mémoire de la Passion, de la mort et de la résurrection du Christ, manifestation de l'amour de Dieu pour les hommes, et si on parlait de l'invisible ? Car de même que "l'essentiel est invisible pour les yeux" (Antoine de Saint-Exupéry), l'amour est invisible.
 

"Il faut se laisser travailler par l'extase de la grâce, ça va très vite de penser que cet invisible n'existe pas, on se fait très vite écrasé par la charge matérielle de la vie"

 

L'amour invisible

"Ce qui précède le geste d'amour entre deux humains est invisible, ce qui se passe pendant l'oraison est invisible, ce qui se passe pendant l'adoration eucharistique est invisible." Fleur Nabert, sculpteur, a signé de nombreux vitraux ou pièces de mobilier d'art sacré pour des églises, des chapelles ou des cathédrales. Elle confie : "Mon grand rêve serait de réussir à mettre l'amour en sculpture mais c'est très très compliqué, dans la quintessence de ce que c'est, c'est très invisible l'amour."

Il y a des sujets pour des artistes qui vont bien plus loin que la difficulté à représenter la neige ou la transparence de l'eau. Par exemple, Comment dessiner le lien qui unit un père à son fils ? Pendant plusieurs années, le peintre François-Xavier de Boissoudy a travaillé sur la paternité. Qu'est-ce qu'un père ? Qu'est-ce qu'un fils ? Faut-il accepter d'être un fils pour devenir père ? Des sujets, il faut l'admettre, trop évidents, trop quotidiens pour qu'on se penche dessus. Justement, "essayer de comprendre ce qui nous arrive, qui on est", c'est là "l'essence de notre travail d'homme".

 



 

Créer et transmettre

"Je ne peux écrire un poème que si j'ai reçu quelque chose d'abord", confie Jean-Pierre Lemaire. Le poète a reçu en 1999 le grand prix de poésie de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre. Si l'expression artistique a bien souvent un caractère vital, tant que n'est pas "donné" un souvenir, l'image d'un "arbre au printemps", ce n'est pas la peine, dit le poète "de se mettre au travail et d'écrire". Comme l'admet Fleur Nabert, "il faut se laisser travailler par l'extase de la grâce, ça va très vite de penser que cet invisible n'existe pas, on se fait très vite écrasé par la charge matérielle de la vie."

Jean-Pierre Lemaire conçoit son art de la poésie comme "de l'artisanat", mais aussi comme un moyen de "retrouver son chemin". "Et le petit miracle c'est que ce chemin puisse ensuite servir à d'autres !"

 

Invités

  • Fleur Nabert, sculpteur

  • Jean-Pierre Lemaire, poète, écrivain, ancien enseignant

  • François-Xavier de Boissoudy, peintre

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 17h03 et le samedi à 19h

Spiritualité, patrimoine, littérature, vie de l'Église, développement personnel... Chaque semaine, Christophe Henning anime une table ronde pour engager la discussion avec des acteurs de la vie culturelle, sociale, spirituelle.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.