Le judaïsme de Freud, une fidélité assumée

Présentée par

S'abonner à l'émission

Dialogue

vendredi 16 décembre 2016 à 16h00

Durée émission : 25 min

Le judaïsme de Freud, une fidélité assumée

© wikimédia Commons / Sigmund Freud, 1922

S'il a veillé à ne jamais "judaïser" la psychanalyse, Freud n'a pas non plus renié ses origines juives, auxquelles il est resté fidèle. Emile Malet répond à Monserrata Vidal.

Ils sont nombreux, les génies juifs de langue allemande à avoir porter à son zénith la pensée, l'art, l'économie, la musique, le cinéma... en dépit des coups de boutoir nationalistes. Pour le politologue Shlomo Avineri on assiste même à "un âge d'or juif" entre la fin du XIXè et le début du XXè siècle. Il n'est pas indifférent que Sigmund Freud soit le contemporain de ces mouvements de tous ordres, alors que çà et là on perçoit les prémices de la sauvagerie nazie - lui qui apporte, avec sa psychanalyse, un nouveau matériau d'analyse sur le malaise dans la civilisation. Emile Malet dans "Freud, et l’homme juif" (éd. Campagne Première) étudie le rapport de Freud au judaïsme: "Il y a quelque chose de psychanalytique dans ce lien invisible."
 

Qu'est-ce que l'identité (juive)?

"L'identité juive est plurielle, elle est constituée de sons, de musiques, de cultures, de coutumes, d'une histoire et d'une mythologie, ce qui est vrai de l'ensemble des identités", souligne Emile Malet. Chez Freud il y a toutefois une identité intime, un "essentiel" dont il avait la claire conscience qu'elle le constituait. Son judaïsme n'a en tout cas jamais empêché Freud d'explorer l'inconscient et la psyché.
 

Le judaïsme de Freud

Contrairement à Karl Marx, autre penseur juif et contemporain de Freud, le père de la psychanalyse n'a jamais eu honte de son judaïsme. Sigmund Freud (1856-1939) est né dans une famille bourgeoise de juifs libéraux. Né juif, "il est resté juif", précise Emile Malet, c'est-à-dire qu'il a fait sa bar mitzvah, appris les rudiments d'hébreu et de yiddish. Au quotidien, Freud a même trouvé dans ses racines "un bonheur de vivre". Une joie de faire partie d'une histoire, dont il a montré que c'était une belle histoire: celle d'un peuple choisi par Dieu et non le contraire, d'où les juifs tirent d'ailleurs une force. Sans être croyant ou pratiquant, comme on dirait aujourd'hui, il y a chez Freud l'idée que "il n'avait pas besoin d'un parcours religieux pour être juif et le demeurer".

Invités

  • Emile Malet, écrivain, essayiste, ancien membre de section du Conseil économique, social et environnemental (CESE)

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 13h30 et le samedi à 15h

Mieux comprendre le monde, dans lequel nous sommes invités à vivre en chrétiens, grâce aux travaux des historiens, des sociologues et des artistes ainsi qu’à travers la réflexion philosophique. C'est ce que vous proposent Monserrata Vidal et Sarah Brunel.  

Le présentateur

Monserrata Vidal

Professeure agrégée de Lettres, Monserrata a longtemps œuvré auprès de lycéens qui  croyaient parfois la culture ennuyeuse. Aujourd’hui sur RCF, elle partage avec les auditeurs histoire, sciences humaines, spiritualité, littérature, dans un questionnement avec les auteurs et les œuvres, de manière sérieuse, mais aussi joyeuse.