Comment la collapsologie s'est emparée de l'espace public ?

Présentée par , , PR-16859

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

mercredi 4 décembre 2019 à 7h12

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© Yves Cochet, ancien ministre de l'Environnement, l'une des principales voix de la collapsologie en France. DAMIEN MEYER AFP

La COP 25 sur le climat se tient jusqu’au 13 décembre à Madrid pour lutter contre le réchauffement climatique.

"Le point de non-retour n’est plus loin" a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Certains sont convaincus justement que ce point est déjà atteint. Ils annoncent l’effondrement de notre société telle qu’on l’a connaît aujourd’hui. Ce sont les collapsologues...
 

Est-il déjà trop tard ?

Une nouvelle série est diffusée sur Canal + depuis le mois de novembre : "Effondrement". Cette fiction surfe justement sur la popularité de cette théorie qui prédit un renversement proche de notre société. A l’image de cette série sur Canal +, cette narration de l’effondrement s’est largement imposée dans l’espace public ces dernières années. Les magazines l’Obs et le Courrier International l’ont mis à la une cette semaine. Commercialement, cette perspective permet aussi de vendre des livres comme la référence “Comment tout peut s’effondrer” de Pablo Servigne et Raphaël Stevens sortie en 2015. Ou encore "Les Cinq Stades de l’effondrement", de Dmitry Orlov. Mais aussi "Réflexions sur l’effondrement" de Corinne Morel Darleux.

Les deux canicules de cet été, les inondations dans la Var ces deux derniers week-end ou encore les incendies ravageurs en Australie, en Amazonie ou en Californie sont autant d'évènements qui alimentent la thèse de la collapsologie. La fragilité de notre environnement et de notre société basé sur les industries fossiles frappe de plus en plus de monde. Et les plus convaincus des collapsologues prophétisent qu’il est déjà trop tard.
 

Une dimension scientifique et même spirituelle

Les collapsologues utilisent d'ailleurs la science comme principal point d’appui pour les arguments en faveur de l’effondrement. La collapsologie a d’ailleurs gagné en pertinence en agrégeant des études scientifiques. Et ces discours ne touchent pas qu’une branche d’écologistes radicaux et illuminés. Le Premier ministre Edouard Philippe par exemple connaît bien le livre “Effondrement” de Jared Diamond même s’il n’adhère pas à la collapsologie. Même l'évêque de Pamier, Monseigneur Jean Marc Eychenne, s’est aussi exprimé sur le sujet.

D’un point de vue écologique, c’est plutôt la catastrophe qui se profile mais cette notion d’effondrement peut aussi prendre une dimension plus spirituelle. C’est ce que nous explique l'anthropologue Jean Chamel, chercheur affilié à l’université de Lausanne qui a fait sa thèse en science des religions et qui étudie ce phénomène. 

Et pour se préparer à cet effondrement, certains anticipent. L’ancien ministre de l’Environnement de Jacques Chirac, Yves Cochet attend la fin de notre civilisation dans sa maison en Bretagne. Selon un sondage YouGovFR publié lundi dernier, six Français sur dix redoutent un effondrement de notre civilisation. Et seuls 27% estiment que la COP25 est une solution efficace pour sauver la planète.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 7h12

Chaque matin à 7h12, un dossier consacré à un sujet d'actualité dans La Matinale RCF.

Les présentateurs

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!

Pauline de Torsiac