Demeure, un mot très pluriel

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

vendredi 12 octobre à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

Chaque jour Jean Pruvost décrypte un mot de l'actualité.

Demeure, en voilà un joli mot qui, peut se révéler soit un verbe à l’impératif, synonyme de « continue d’exister »,  beau message, soit un nom, la demeure, l’endroit où l’on vit, et plus largement une maison. Mais nous allons constater qu’il y avait autrefois d’autres sens à ce mot d’où la nécessité de le radiographier. 

A l’origine, il y a le latin, mora, délai, retard, qu’on retrouve dans un moratoire, le fait d’accorder un délai, un moratoire pour le paiement d’une dette ou une action en justice. Sur mora, retard donc, est né le verbe morari, s’attarder, puis en latin classique demorari, rester, s’arrêter, retarder. On pourrait l’oublier mais le poisson qu’on appelle remora tient aussi son nom de la même racine, les Anciens croyaient en effet que ce poisson muni d’une ventouse et qui s’accroche à d’autres poissons, comme le requin, ou à la coque d’un navire, était capable d’arrêter ledit bateau. Est né aussi en théologie, ce qu’on a appelé la délectation morose, « morose » n’étant pas là à rattacher à l’humeur chagrine, mais à un homonyme, du latin morosus, lent, donnant la delectatio morosus. De fait, la délectation morose désigne dans le vocabulaire théologique la complaisance avec laquelle on s’attarde à une tentation, à la représentation d’une faute.

Avec donc une famille plus importante qu’on ne l’imagine, le verbe demeurer passe en français au XIe siècle, signifiant d’abord « rester en un lieu ». D’où l’expression : il y a péril en la demeure, ou son inverse, il n’y a pas péril en la demeure, sans aucun rapport avec une maison mais signalant qu’il y a danger à rester immobile ou au contraire à bouger. Ajoutons également l’expression « demeurer en place », c’est-à-dire rester tranquille, ou « mettre en demeure quelqu’un », c’est-à-dire le sommer de ne plus tarder à faire quelque chose.

Le sens de "demeure" comme une maison est un sens qui est apparu au XIIIe siècle, tiré du verbe « demeurer » et désignant le lieu où l’on séjourne, où l’on « reste », dit-on encore familièrement. On a ainsi parlé de la demeure d’un animal, mais aujourd’hui, une demeure, mot un peu vieilli, c’est en général une belle maison. Et savez-vous, Stéphanie, comment on définit une demeure en musique ? Avec six notes : Do, mi, si la do ré. Domicile adoré ! La musique est partout Stéphanie !

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55 et 12h50

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.