Faut-il multiplier les messes sur internet?

Présentée par UA-118949

L'édito de François Huguenin

mercredi 15 avril à 7h55

Durée émission : 3 min

Faut-il multiplier les messes sur internet?

© RCF - Baudouin de Guillebon

Des voix se sont élevées et l'on a retrouvé le clivage conservateur/progressiste: vouloir assister à une eucharistie à tout prix, est-ce là ce qui est préconisé par l'Église catholique?

Depuis le début du confinement fleurissent des initiatives de prêtres qui célèbrent en étant filmés et retransmettent la messe sur les réseaux sociaux. Ces initiatives ont le grand intérêt de ne pas faire perdre le contact des fidèles avec leurs pasteurs et de compenser l’isolement des personnes les plus seules.

Plusieurs évêques se sont pourtant inquiétés de la généralisation de ce mouvement. Mgr Heiner Wilmer, évêque de Hildesheim en Allemagne, a déclaré à la radio "ne pas apprécier la multiplication de ces messes en streaming" et regretté une excessive fixation sur l’eucharistie, en rappelant que le Christ est, d’une autre manière, présent dans la Parole de Dieu. Mgr Santiago Gómez Cantero, évêque de Teruel y Albarracín, en Espagne, a quant à lui pointé un risque de cléricalisme comme si l’on considérait que les laïcs ne pouvaient prier seuls.

On voit revenir en pointillé le vieux clivage conservateur / progressiste, avec les mêmes écueils de discussions stériles et idéologisées. Je n’y rentrerai pas, me bornant à rappeler que l’eucharistie est bien la source et le sommet de la vie ecclésiale, comme le proclame le "Catéchisme de l’Église catholique", mais que le sommet n’est pas le tout et qu’il y a d’autres manières de prier la liturgie.

Si ces interrogations ne visent absolument pas les messes télévisées ou radiodiffusées qui - merci à KTO et au Jour du Seigneur, ou ces derniers temps à RCF - rendent un service pastoral inappréciable aux plus âgés ou aux malades, on peut noter qu’un certain nombre d’initiatives ont fleuri à l’approche de Pâques, permettant de prier ensemble sans écran.

Les dominicains de Toulouse ont concocté un guide aidant les laïcs à célébrer la Semaine sainte. Beaucoup de catholiques ont également organisé le soir du Jeudi saint un repas du Seder à l’image de celui que Jésus a partagé avec ses amis lors de la Cène. D’autres ont lu en famille le récit de la Passion le Vendredi ou ont veillé dans la nuit de samedi. Et beaucoup de laïcs sont en lien avec les prêtres et les religieux par la liturgie des heures, prières de l’Église offerte à tous.

Il ne s’agit pas d’opposer les initiatives. Mais on peut se souvenir que les familles sont des petites églises domestiques, comme le disait saint Jean Chrysostome et le rappelait le concile Vatican II. Et que, selon la parole de Jésus, quand nous sommes réunis deux ou trois en son nom, il est là. Sans écran et sans wifi.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 7h55

Chaque mercredi, dans La Matinale RCF, retrouvez l'édito de François Huguenin.

Le présentateur

François Huguenin

Historien et essayiste (dernier ouvrage Le Pari chrétien chez Tallandier), François Huguenin est aussi éditeur et collabore aux magazines La Vie, Prier, Le Figaro Magazine, Magnificat et Aleteia.