Halte à la crèche

Présentée par

L'édito de François Huguenin

mercredi 18 décembre 2019 à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de François Huguenin

Retour sur une scène de violences en marge d'une crèche vivante à Toulouse



Samedi après-midi, une cinquantaine d’individus sont venus interrompre une crèche vivante qui avait lieu à Toulouse. N’écoutant que leur courage, ces militants beuglant des slogans antifascistes et anticapitalistes ont fait peur aux enfants qui jouaient dans le spectacle et forcé les organisateurs à interrompre l’événement.

On ne peut qu’admirer le sens politique aigu de ces manifestants héroïques.

En effet, outre des enfants vraisemblablement esclavagisés par leurs parents, un âne et un bœuf avaient été forcés de participer à cette dangereuse manifestation, en dépit de tous les droits reconnus aux animaux. Grâce à leur intervention vigoureuse, Toulouse était enfin délivrée d’un péril épouvantable : une crèche.

On pourrait gloser longtemps en brocardant à l’envi l’attitude ridicule de ces Tartarins toulousains. Mais cette pantalonnade me fait venir une ou deux réflexions un peu plus graves.

Tout d’abord, celle de l’intolérance la plus sectaire. Empêcher des enfants de mener à bien un spectacle basé sur la traditionnelle pastorale des santons de Provence, parce que ce serait « catho » comme les slogans en témoignaient, en dit long sur une certaine haine du christianisme qui irrigue certains milieux.

Ensuite, l’absence effrayante de toute culture, y compris populaire.

Venir perturber une crèche vivante au nom de l’anticapitalisme est tout de même assez cocasse. L’enfant Jésus couché sur la paille dans une mangeoire, dont les parents n’ont pas trouvé de logement et qui est accueilli par de pauvres bergers n’est pas exactement la caricature du capitalisme le plus débridé. Au-delà de toute conviction, un simple vernis de culture générale aurait évité aux manifestants des slogans aussi décalés.

De même que l’assimilation « cathos fachos » dont on voit combien elle joue sur une assimilation perverse, même si certains catholiques donnent par leurs propos des verges pour se faire battre !

Enfin, vous me permettrez de conclure sur la bêtise abyssale de cette scène. Cette saillie contre un spectacle bon enfant d’une crèche vivante par des bretteurs d’opérette croyant sérieusement lutter contre l’infâme témoigne surtout de l’incroyable stupidité de certaines postures idéologiques. Si je me souviens bien on dit : bête et méchant ?
 

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 7h55

Chaque mercredi, dans La Matinale RCF, retrouvez l'édito de François Huguenin.

Le présentateur

François Huguenin

Historien et essayiste (dernier ouvrage Le Pari chrétien chez Tallandier), François Huguenin est aussi éditeur et collabore aux magazines La Vie, Prier, Le Figaro Magazine, Magnificat et Aleteia.