Il faut nourrir les oiseaux l'hiver, mais pas n'importe comment !

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Écologie

mardi 27 novembre 2018 à 7h20

Durée émission : 3 min

La chronique Écologie

Ce martin Cyrille Frey vous en dit plus sur le nourrissage hivernal des oiseaux fragilisés par la perte de leur environnement naturel.

Aujourd’hui c’est l’actualité de la nature qui nous guide : avec le retour du froid c’est le moment de commencer à nourrir les oiseaux dans son jardin. Tout d’abord, pourquoi est-il important de nourrir les oiseaux ?
 
En transformant le paysage d’une manière intensive, notamment dans les villes et les villages, l’homme crée des environnements de plus en plus pauvres pour les oiseaux. On laisse trop peu d’herbes folles, de ces graminées sauvages qui sont très appréciées par les moineaux, de moins en moins d’arbustes à baies. On fabrique des paysages où les oiseaux n’ont rien à manger. Un moyen modeste d’y remédier, c’est de compenser un peu en nourrissant directement. C’est redonner une partie de ce qu’on a retiré à la faune sauvage. Tout cela, c’est vrai toute l’année mais l’hiver est une saison critique puisque la moitié des petits oiseaux n’y survivront pas ; pour les jeunes nés ce printemps, ça peut atteindre 80%.
 
Que peut-on donner à manger aux oiseaux ? Faut-il leur donner des miettes ?
 
Les traditionnels miettes et restes de repas sont à éviter. Le pain sec est très mal digéré par les oiseaux. Ils le mangent, mais c’est de la malbouffe pour eux. Et nos restes sont souvent trop salés. Mieux vaut leur faire un menu spécial principalement axé sur la matière grasse. Le problème des oiseaux en hiver, c’est l’énergie. Ils ont besoin de calories pour alimenter leur chaudière. Le top c’est la graine de tournesol, ni grillée ni salée. Il plaît à la plupart des petits oiseaux, mésanges, pinsons, verdiers, chardonnerets. La graisse végétale, de la margarine toute simple, sera très bien aussi. Enfin pour les merles et les grives on préfèrera des vieilles pommes. Il ne faut pas oublier de nettoyer régulièrement les mangeoires, et de prévoir aussi des coupelles d’eau renouvelée 2 fois par jour surtout en période de gel.
 
On risque d’attirer aussi les pigeons avec ces graines !
 
Non, il suffit d’adapter la mangeoire. Un plateau avec un toit placé suffisamment bas sera utilisé par les petits oiseaux et les pigeons ne pourront pas rentrer. La mangeoire distributeur, à trémie, est très bien aussi ; la boule de graisse suspendue, pour les acrobates genre mésanges. Plus on a de modèles plus on observera d’espèces. Il ne faut pas oublier ceux qui mangent au sol, rougegorge, accenteurs, merles, grives, donc pommes et margarine au sol. Les mangeoires doivent être éloignées des buissons pour que les chats ne puissent pas s’embusquer. Dernier point, tant que vous pouvez, nourrissez régulièrement, n’interrompez pas en cas de redoux. Sinon, les oiseaux vont dépenser de l’énergie pour venir chez vous et avoir une mauvaise surprise. Donc, maintenez le rythme, de maintenant jusqu’à la mi-mars. Vous pourrez voir jusqu’à une dizaine d’espèces différentes à vos mangeoires, quelquefois plus.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 7h20

Le point sur l'actualité de l'écologie, chaque semaine dans La Matinale RCF.

Le présentateur

Johannes Herrmann

ornithologue, auteur avec Mahaut Hermann de La Vie Oubliée Crise d’extinction Agir avant que tout s’effondre Edition Première partie Membre de la rédaction de la revue Limite http://revuelimite.fr/ sur Twitter : @Taigasangare