Jacques Arnould: "aller sur la Lune est une étape intermédiaire vers Mars"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 4 juillet à 8h10

Durée émission : 15 min

Jacques Arnould: "aller sur la Lune est une étape intermédiaire vers Mars"

© RCF

​Le 21 juillet prochain, cela fera 50 ans que Neil Armstrong et ses coéquipiers foulaient le sol de l’astre lunaire. Aujourd’hui, de nouvelles missions vers la Lune sont à l’ordre du jour.

Le 21 juillet 1969, Jacques Arnould avait huit ans. "J’étais réveillé de nuit, comme tous les Français, vers trois ou quatre heures du matin. Le souvenir le plus précis, c’est de constater que les relations entre les journalistes, l’un à la Sorbonne et l’autre à Cognac Jay, étaient plus difficiles à établir qu’entre la terre et la Lune" explique le théologien, en charge des questions éthiques au centre d’études spatiales, et auteur de "La lune m’a dit" (éd. du Cerf).
 

"Personne ne l'avait jamais fait"

Pour l’humanité toute entière, ce fut deux jours exceptionnels. "La veille, un moment incroyable, l’arrivée sur la Lune. C’était la première fois qu’un engin se posait sur la Lune. Ces deux hommes, Aldrin et Armstrong, se sont posés dans des conditions extrêmement difficiles. Au bout de quelques heures de repos, ils ont ouvert leur porte, et ils se sont retrouvés face à ce que Aldrin a appelé une magnifique désolation. C’est un désert comme on ne peut pas l’imaginer sur terre. Armstrong est descendu de l’échelle, et a posé le pied dans la poussière, laissant une trace qui existe toujours" décrit-il.

Pour ce dernier, avec la mission Apollo XI, on a atteint une frontière. "Depuis des millénaires, la Lune était à la frontière de la zone terrestre. Il y a cinquante ans, l’homme est arrivé à cette frontière là. On sait qu’au-delà, c’est un autre monde qui commence. De fait, nous avons atteint la frontière, mais nous ne l’avons pas franchie. C’était totalement nouveau, personne ne l’avait jamais fait, et depuis 1972, personne ne l’a refait" lance-t-il.
 

"Nous avons redécouvert la terre"

Philosophiquement, l’alunissage représente un cap. "C’était un horizon. Philosophiquement et culturellement, nous avons redécouvert la terre" précise Jacques Arnould, en relatant les premières photos de la terre, vue de la Lune. Des photos où l’on voyait la terre en entier, pour la première fois depuis le début de l’humanité.

En 1972, les Etats-Unis stoppent les missions spatiales vers la Lune. Douze hommes seulement auront foulé le sol lunaire. Aujourd’hui, le pays souhaite relancer les missions vers la Lune, pour 2024. "A l’époque, aller sur la Lune était une destination et un but très clair, lancé par Kennedy en 1961 : être les premiers sur la Lune pour battre les soviétiques, en pleine guerre froide. Aujourd’hui, c’est une étape intermédiaire vers Mars. Mais ce n’est pas si simple que cela" conclut Jacques Arnould.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.