Laurent Joffrin: "je crois aux racines chrétiennes de la France"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 11 septembre à 8h10

Durée émission : 15 min

Laurent Joffrin: "je crois aux racines chrétiennes de la France"

© RCF

Une certaine idée de la France. Laurent Joffrin, directeur de la publication de Libération, évoque "son" roman de la France, dans son dernier ouvrage.

"Un roman vrai, une saga incroyable"

Le patron de Libération vient de publier, chez Tallandier, "Le Roman de la France". Invité de La Matinale RCF, il revient au micro de Stéphanie Gallet sur sa vision de l’Hexagone, de son Histoire, de ses racines. Le premier tome du plaidoyer d’un homme de presse, d’un homme de gauche, en faveur de la liberté.

Une première partie qui court de Vercingétorix à Mirabeau. Laurent Joffrin y parle également de Jeanne d’Arc. "Elle est éminente. Elle a joué un rôle historique important en remettant en selle le petit roi de Bourges, Charles VII. Et elle a été revendiquée par tous les partis : la droite, la gauche et l’extrême-droite, un peu trop à mon sens. Je pense que l’on peut écrire l’histoire de France comme un roman. Un roman vrai, mais c’est une saga incroyable" explique le patron de Libération.
 

"Les chrétiens, des héros du pluralisme"

Dans son dernier ouvrage, Laurent Joffrin lève également le voile sur une autre héroïne chrétienne, Blandine de Lyon. "C’est le premier personnage de la France chrétienne. Sainte Blandine, tout le monde connaît, avec les lions. Ma méthode, c’est de prendre les choses du côté des scènes, pour que ce soit visuel. A cette époque là, les chrétiens revendiquaient une forme de tolérance : admettant l’empire mais voulant vivre en paix. Ce sont des héros du pluralisme" ajoute le journaliste.

Sur les racines chrétiennes de la France, au risque d’en étonner plus d’un, Laurent Joffrin écrit sans ambigüité. "Le martyr de Blandine atteste des racines chrétiennes du vieux pays" peut-on lire. Pour le patron de Libération, il est évident qu’on a des racines chrétiennes, mais « ce ne sont pas les seules". "Il y a presque un faux départ là-dessus. Il y a des églises partout, il faut être idiot pour dire qu’il n’y a pas de racines chrétiennes. Ce qui est contestable, c’est d’en faire la principale filiation. La France est un pays avec une population mélangée, avec des religions mélangées. Nos racines sont doubles : chrétienne et républicaines" lance Laurent Joffrin.
 

"Je défends une histoire patriotique de gauche"

Il y a cinq mois, un dramatique incendie ravageait la cathédrale Notre-Dame de Paris. A l’époque, le quotidien Libération titrait "Notre-Drame". "Notre-Dame appartient à tout le monde. Pas seulement aux chrétiens. Eux sont touchés au premier chef, mais Notre-Dame c’est le grand témoin parisien de l’Histoire de France" précise le directeur de la publication de Libération.

Dans son ouvrage, Laurent Joffrin revient donc sur sa vision romancée de l’Histoire de France. Or aujourd’hui, le roman national fait polémique. Une histoire passionnée, avec des héros et des batailles, qu’il faut raconter à l’école, explique le journaliste. "Je ne suis pas dans les salles de classe. Mais les programmes sont bâtis autour de généralités, ils cherchent à éliminer les grands hommes, ce qui est une erreur, et à éliminer la trame des événements. C’est une histoire thématique. Mais il y a une trame, on vient de quelque part. Je défends une histoire patriotique de gauche" conclut-il.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.