S'abonner à l'émission

L'édito de Sr Véronique Margron

mardi 6 mars à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de Sr Véronique Margron

Je recevai ces derniers jours une personne, victime d’emprise dans une communauté religieuse. Elle est tombée très gravement malade, a bien failli en mourir, et n’a dû son salut qu’à un instinct de survie très profond, puis surtout à des rencontres qui l’ont soutenue avec douceur et persévérance pour quitter l’enfer.

Oui, tragiquement, douloureusement, il est dans notre Eglise aussi – et non seulement chez les autres, dans les autres religions, ou sectes aux objets hallucinants - dans notre Eglise donc, il est des hommes ou femmes, des communautés aussi, gourous en tout genre qui se disent être la voie, la vraie. Il est des hommes qui prétendent qu’il faut venir à eux sans réserve et sans condition. Qui retiennent vers eux. Pour eux. Qui se prennent pour le tout, l’absolu. Ces hommes-là, ces groupes-là tuent la liberté, la conscience critique. Ils font taire la petite musique qui en soi murmure qu’il faut fuir, prendre ses jambes à son cou et ne plus se retourner.

Mais me direz vous, l’évangile ne dit-il à pas en faisant parler Jésus « je suis le chemin, la vérité et la vie »  Oui, mais toute la différence est justement là : car ce n’est pas vers lui qu’il mène mais vers le Père. Ce n’est pas pour lui qu’il est la vérité, mais pour que les humains que nous sommes puissent chercher, avec leur intelligence, leur rationalité, autant qu’avec leur cœur et leur sensibilité.
 
Le Christ est un passeur, qui nous fait passer vers plus de vie. Il est un passant qui ne retient personne, pas même ceux qu’il aime et qu’il verra partir lors de son arrestation au Mont des Oliviers. Pas même sa mère ou le disciple qu’il aimait, quand à l’heure de mourir, il les enverra tous deux vers l’avenir. Contrairement à tous gourous et autres voleurs de la générosité et de la foi, qui retiennent pour eux sous prétexte de servir Dieu, Jésus, lui, dilate l’existence afin qu’elle avance librement aux vents de ce monde.
 
Le Christ, et l’Eglise après lui, sont là pour offrir et non prendre, donner, partager et non capter.  
 
Alors soyons des vigilants. Afin que ceux qui nous sont chers et veulent offrir leur générosité puissent le faire en toute liberté et sécurité intérieures, sans risque de manipuation.

Les dernières émissions