Les deux bonnes nouvelles des élections européennes

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 29 mai à 6h55

Durée émission : 3 min

La chronique des Scouts et Guides de France

Participation des jeunes en hausse et la poussée des nationalismes en Europe. François Mandil nous parle de ses deux bonnes nouvelles après les résultats des élections européennes.

La première bonne nouvelle, c’est bien entendu la participation et particulièrement la participation des jeunes. Nous en parlions la semaine dernière, l’abstention s’annonçait très forte chez les plus jeunes et finalement, ils ont été finalement 40% à voter. C’est moins que la moyenne générale mais c’est déjà un signe encourageant et c’est vrai dans toute l’Europe.

Les jeunes ne votent vraiment pas comme leurs aînés. Les électeurs de 18-34 ans ont été largement plus mobilisés par la question climatique que les autres. Or les jeunes ne sont pas la société de demain, ils sont déjà une partie de celle d’aujourd’hui et les élus ne mènent hélas des politiques qu’en fonction des envies de ceux qui votent, des politiques qui feront  plaisir à ceux et celles qui les ré-éliront. À quoi bon mener des politiques qui correspondent aux attentes des jeunes si ces derniers ne votent pas ? Leur participation est donc une bonne nouvelle.

Cela veut d’abord dire qu’il faut réussir à convaincre les plus âgés de prendre enfin en compte l’urgence climatique. Il ne pourra pas y avoir de transition écologique sans alliance et entraide intergénérationnelle. Cette transition incontournable sera brutale, difficile. Il ne faut surtout pas y rajouter un conflit de générations.

Espérons par ailleurs que ce regain de participation chez les jeunes perdure, notamment dans la perspective des prochaines municipales de 2020. Il faut entre autres pour cela avoir des candidats qui représentent la diversité de la population française. C’est ce à quoi s’attelle l’association Tous élus, dont les scouts et guides de France sont partenaires, qui forme gratuitement des jeunes, de tous bords politiques, à mener campagne, à créer et déposer une liste, à être candidat et à prendre toute leur place dans les conseils municipaux.

Et votre deuxième bonne nouvelle 
On a beaucoup parlé du fait que le Rassemblement National était arrivé en tête. D’abord c’est beaucoup dû à la dispersion des autres listes, mais c’est objectivement un mauvais résultat pour l’extrême droite. Le rassemblement national, au total, a perdu un siège. C’est toujours beaucoup trop d’élus, mais c’est important de rappeler que c’est loin d’être un triomphe pour eux.

De façon générale, si on fait le calcul, aussi bien à l’échelle française qu’à l’échelle européenne, les anti-européens restent minoritaires. Les mouvements de scoutisme à travers le monde sont très attachés à la construction collective internationale, nous savons la force de la rencontre, de la discussion. Nous savons que nous sommes d’abord des citoyens du monde en général, des citoyens européens en particulier et c’est donc plutôt rassurant pour nous de voir que les poussés nationalistes restent contenues.

Finalement, l’Europe reste un espace modéré, plutôt dominée par le centre droit, attaché aux questions de justice et où les préoccupations climatiques progressent. Ce n’est peut-être pas satisfaisant ni suffisant mais quand on regarde le reste des grandes puissances mondiales, on peut s’estimer vraiment heureux.
 

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 6h55 et 12h48

Chaque mercredi, découvrez la chronique des Scouts et Guides de France sur RCF !

Le présentateur

François Mandil

François Mandil est le délégué national Communication et Relations extérieures des Scouts et Guides de France.