Marie-Rose Moro: "le confinement, c'est le contraire du mouvement de l'adolescence"

Présentée par PR-20457

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 24 avril à 8h10

Durée émission : 15 min

Marie-Rose Moro: "le confinement, c'est le contraire du mouvement de l'adolescence"

© Bayard

39ème jour de confinement. Une période particulièrement délicate pour les adolescents.

Une expérience assez douloureuse

Confiner des enfants n'est pas chose aisée. "Pour les adolescents, c'est très particulier. C'est exactement le contraire du mouvement de l'adolescence. À l'adolescence, on s'intéresse, on s'identifie au monde extérieur, on chercher des éléments, des valeurs, des amis, des relations, des expériences. Et tout s'arrête brutalement. On se retrouve face à face avec ses parents, sa famille. Plus de distance possible, le contrôle des parents, une sorte de quotidien où l'intimité est partagée tout le temps" explique Marie-Rose Moro, pédopsychiatre, directrice de la maison de Solenn, spécialiste des adolescents, auteur de "Grandir c'est croire" (éd.Bayard).

"C'est une expérience assez douloureuse pour les ados qui doivent essayer de trouver un espace personnel qui ne soit pas sous le regard des parents, dans leur chambre ou dans leur tête" ajoute la pédopsychiatre.
 

Des appels de parents inquiets

S'agissant de la question scolaire, le confinement demande "plus d'autonomie pour les adolescents". "L'adolescent doit avoir suffisamment de confiance en lui pour organiser son travail. C'est quelque chose qu'ils doivent apprendre à faire, même si là c'est fait brutalement. Beaucoup le font. Ce qui pose problème, ce sont ceux qui étaient en difficulté avant le confinement. Pour eux, c'est la double peine" ajoute-t-elle.

Marie-Rose Moro rappelle qu'il peut y avoir des conséquences. "Nous avons des appels de parents inquiets. Au début nous n'en avions pas. Ce que nous craignons le plus, ce ne sont pas les adolescents qui se mettent en colère, mais ceux qui se retirent dans leur chambre, mais surtout dans leur tête. Ceux qui perdent le lien, qui n'y arrivent plus, qui ruminent leurs idées tristes, angoissantes. Ils perdent la foi dans leur propre capacité à vivre, à faire des choses, à être contents. Ce sont ces situations de repli sur soi qui m'inquiètent le plus" lance-t-elle.
 

Quelles ressources pour surmonter cette période ?

Pourtant, les adolescents disposent de ressources pour surmonter cette épreuve. "Les ressources principales, ce sont celles à l'intérieur d'eux : ceux qui arrivent à maintenir une relation avec l'école, les amis, leur entourage. Là je vois le côté positif des réseaux sociaux. Ils peuvent compter sur les enseignants à distance qui prennent une place très importante. La famille ne peut pas être le seul espace d'échange pour eux. Pourtant les ressources familiales sont aussi importantes" analyse encore cette spécialiste des adolescents.

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 8h10 et à 20h45

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.