Qu'est-ce qu'une "smart city" ?

Présentée par PR-23032

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

lundi 14 septembre à 7h13

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© JEAN-SEBASTIEN EVRARD AFP

La ville d'Angers s’est lancée dans le projet de “smart city” pour une meilleure gestion des services publics et plus d’économies.

Cédric O, le secrétaire d’état chargé de la transition numérique était à Angers (Maine-et-Loire) la semaine dernière, à la rencontre des industriels et des collectivités engagés dans des projets de “smart city”. Angers est une ville en avance dans ce domaine, une caractéristique qui en a fait la première étape d’un tour de France des territoires connectés. 

être plus connectée pour faire plus d’économies

Une “smart city”, littéralement "ville intelligente", est une ville mieux gérée et plus économe grâce aux nouvelles technologies. Etienne Dugas, le président d’Infranum, le syndicat regroupant les professionnels des infrastructures numérique explique les bénéfices de ces installations : "l’objectif étant pour l’ensemble des services publics d’une collectivité locale (éclairage public, déchets, énergies) de voir comment on désilote, on met des capteurs sur l’ensemble des réseaux, on optimise. Les données remontent sur une plateforme centralisée, l’objectif étant d’apporter de nouveaux services aux citoyens".

L’agglomération d’Angers s’est lancée dans ce projet en 2018. A terme, 50 000 capteurs devraient être disséminés une peu partout dans la ville. Ils doivent permettre d'en finir avec le gaspillage d'énergie selon Constance Nebbula, l’adjointe en charge de ce projet pour l’agglomération d’Angers : "si les lumières en ville deviennent connectées avec un capteur, vous pouvez régler la luminosité en fonction du nombre de personnes qui passent dans la rue et de la lumière, forcément vous faites des économies".

Le projet avance à Angers. Plusieurs firmes ont remporté l'appel d'offre : Engie, Suez, la Poste et la mutuelle Vyv, pour un contrat de 178 millions d’euros sur sur les douze prochaines années.

Des données personnelles collectées 

Mais ces capteurs vont collecter beaucoup de données qui représentent des informations sur notre vie privée. Les citoyens peuvent donc se poser des questions sur leur utilisation. Olivier Eirtzscheid, enseignant chercheur en science de l’information à l’université de Nantes appelle à la vigilance. "Une fois qu’on a récupéré toutes ces données, la question c’est qui les récupère et comment vont être utilisées ces données. Il faut être extrêmement vigilant parce qu’une fois que ces technologies sont mises en place et qu’on en a pas mesuré les risques potentiels à leur vraie hauteur, c’est malheureusement trop tard", explique-t-il.

Les industriels et collectivités sont conscients de cette potentielle utilisation des données personnelles à des fins commerciales. Selon Etienne Dugas, le président d’Infranum, pour fixer des limites, "il faut absolument que la collectivité territoriale s’assure dans les contrats que les données soient produites dans un format et appartiennent bien à la collectivité territoriale et sont stockées localement".

L’agglomération d’Angers, elle aussi, est consciente de ces risques. Dans son partenariat avec Engie, elle a souhaité conserver la propriété de ces données et en ce qui concerne l’utilisation à des fins politiques, le maire Christophe Béchu a déclaré : "notre volonté, c’est la transition écologique, pas le contrôle social".

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 7h13

Chaque matin à 7h12, un dossier consacré à un sujet d'actualité dans La Matinale RCF.

Le présentateur

Thomas Cauchebrais

Arrivé en 2013 sur RCF, Thomas est d'abord passé par la presse écrite avant de s'intéresser à la radio. Journaliste pour RCF Vendée, il vous donne toute l'actualité du département chaque jour. Son truc ? Ce sont les reportages sur le terrain.