Train

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

vendredi 16 février 2018 à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

Le rapport Jean-Cyril Spinetta sur la SNCF vient d’être remis hier au gouvernement. L'occasion pour Jean Pruvost de se pencher sur l'origine du mot train.

"Ce rapport de 127 pages porte donc sur un mot de cinq petites lettres, un mot qui relève d’un sujet qui nous est tous cher : le train.  Il faut déjà dire qu’il est antérieur à l’invention de la machine à vapeur et des rails. Rappelons-nous en effet cette chanson traditionnelle populaire de Noël : "De bon matin j’ai vu passer le train, de trois grands rois qui partaient en voyage" il s’agit des rois mages bien sûr, et ils ne sont pas en TGV !

En fait, le mot train est entré dans le français au XIIe siècle et il est issu du verbe traîner. Alors évidemment ça peut surprendre, parce que "traîner", c’est entre autres le fait de ne pas aller vite. Pourtant c’est bien l’origine du mot "train", qui vient en effet de la vaste famille latine du verbe trahere, "tirer, traîner derrière soi", tragere en bas latin, traginare en latin populaire, puis traîner en ancien français.

C’est de fait à partir du verbe traîner, attesté dès 1131 sous Louis VI le Gros, que naquit le train quelques années après, en tant que "file, ensemble de choses tirées". On est certes encore loin des rails, mais indéniablement le train a dès le départ quelque succès !

Dès la fin du XIIe siècle, il désigne déjà un convoi de bêtes de somme et, plus largement au XIIIe siècle, les domestiques, chevaux et voitures qui accompagnent un haut personnage, le roi par exemple. D’où le "train du roy". Forcément long et somptueux. Puis ce fut au XVe siècle, la partie d’une voiture, diligence, à laquelle sont attachées les roues, en 1660, on évoque aussi les "trains de bateaux", parfois plus de cent mètres, descendant le cours des rivières, et en 1840 est alors le sens moderne, un train de voyageurs, sur rail.

Et naissait une nouvelle obsession signalée par Proust : "depuis qu’il existe des chemins de fer, la nécessité de ne pas manquer le train nous a appris à tenir compte des minutes", belle formule tirée d’"A la recherche du temps perdu". A ce sujet, vite, j’ai un train à prendre pour Nantes où je donne une conférence cette après-midi à la médiathèque. Ne pas rater le train, mais vous souhaiter à tous une très belle fin de semaine !"

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55 et 12h50

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.