Trois visages, de Jafar Panahi

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Cinéma

mercredi 6 juin à 8h52

Durée émission : 3 min

Trois visages, de Jafar Panahi

© ​2018 - Memento Films Distribution

Iran, 2018, 1h40. Festival de Cannes, prix du scénario. Sortie en France 6 juin 2018.

Le réalisateur Jafar Panahi n'a plus l'autorisation de tourner des films en Iran, ni de quitter son pays. Alors, avec les moyens du bord, quelques ruses et beaucoup de talent, il réalise des films tournés avec une équipe réduite (toute sa famille apparaît au générique du film) et une caméra très discrète. Après avoir tourné dans son appartement, puis dans un taxi, cette fois, il part dans une campagne reculée et c'est lui qui conduit.
 
A ses côtés, Behnaz Jafari, une actrice très célèbre qui tourne dans des séries populaires. Elle est bouleversée car elle vient de recevoir, sur son téléphone portable, une vidéo qui l'appelle à l'aide. Une jeune fille menace de se suicider car sa famille l'empêche d'entrer au conservatoire d'art dramatique et lui impose un mariage. Le réalisateur et l'actrice partent dans la nuit, pour empêcher le drame. Ils jouent leurs propres personnages mais toute cette histoire est bien sûr une fiction qui va créer un très beau film et parler du rôle des femmes en Iran aujourd'hui.
 
Sur place, les paysans, les clients du café et les badauds les accueillent avec un grand sourire et beaucoup d’amabilité, mais refusent de leur donner la moindre information qui puisse les aider. L'arrivée d'une actrice célèbre est un événement dans ce village - où il y a plus de paraboles que d'habitants - mais où une jeune fille qui veut faire du théâtre est juste un déshonneur pour sa famille, une écervelée qui risque de contaminer les autres jeunes filles.
 
Malgré le peu de moyens dont il dispose, Jafar Panahi réalise un très beau film. L'histoire est intrigante et elle est racontée avec finesse, quelques pointes d'humour et de mystère. On est frappé par la grande qualité des images. Bien sûr, les paysages vallonnés de cette partie de l'Iran sont superbes mais le réalisateur soigne la lumière. Même dans la voiture, le visage de l'actrice a des reflets veloutés bleu et doré, rappelant la peinture classique, et lorsque les fleurs des champs se reflètent dans la vitre, c'est un régal ! Tous les plans sont nets, les cadres splendides, comme cette maison éloigné, éclairée de l'intérieur au moment du couchant.
 
Pour Jafar Panahi, c'est une véritable souffrance ne pas pouvoir exercer son métier dans son propre pays, et que ses compatriotes se mettent en danger pour voir ses œuvres. Un des personnages du film dit : ''certains jouent la comédie, d'autres jouent leur honneur''. Pour lui, c'est un honneur d'être ce saltimbanque qui, grâce à l'excellence de son art, nous touche et nous élève. 

 

 

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 8h52

Le mercredi c'est le jour où sortent les nouveaux films au cinéma. C'est aussi le jour où écouter la chronique Cinéma de Valérie de Marnhac !

Le présentateur

Magali Van Reeth

Magali Van Reeth est journaliste spécialiste du cinéma. Depuis 2006, elle est la secrétaire générale de SIGNIS-France.