[Dossier] Révélations sur Jean Vanier, l'onde de choc

26 février 2020 Par

Samedi 22 février, l'Arche internationale a révélé que Jean Vanier a été l'auteur d'abus sexuels avec emprise spirituelle. Pour les membres des communautés de l'Arche comme pour tous ceux qui ont connu ou se sont inspirés de son message, ces révélations provoquent tristesse et sidération.

Le message que Jean Vanier incarnait

"Je pense à toutes les personnes pour qui il était une référence, un emblème", confie Pierre Jacquand directeur de l'Arche en France, reçu dans LA MATINALE RCF ce lundi 24 février, qui se dit "abasourdi". Pour les membres de l'Arche et aussi beaucoup de chrétiens et de personnes concernées par le handicap, le fondateur des communautés de l'Arche incarnait un message puissant sur l'accueil inconditionnel des personnes handicapées et la fragilité. Son regard que beaucoup trouvaient plein de bonté et de douceur était comme une réponse à bien des situations de détresse. Pour tous ceux-là, le choc est profond.

 

 

Les faits qui lui sont reprochés

L'enquête, diligentée par l'Arche elle-même, révèle d'une part des abus sexuels sur six femmes avec emprise spirituelle. Elle révèle aussi des éléments sur les liens entre Jean Vanier et Thomas Philippe. En mars 2019, lors de la diffusion du documentaire diffusé sur Arte "Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église", le doute planait : Jean Vanier était-il au courant des agissements de Thomas Philippe (1905-1993) ? Ce prêtre dominicain, cofondateur des communautés de l'Arche, était le père spirituel de Jean Vanier. Dès les années 50, il avait été identifié comme étant l'auteur de pratiques déviantes et d'abus sexuels. L'enquête menée au sein de l'Arche à partir de juin 2019 montre que Jean Vanier était bien au courant des pratiques de Thomas Philippe. Pour Pierre Jacquand, le directeur de l'Arche en France, la déception est grande : "Jean Vanier nous a menti", dit-il.

 

 

Jean Vanier, un peu trop vite sanctifié ?

Les cas d'emprise spirituelle qui ont été révélés soulèvent la question de la place que l'on accorde aux personnalités charismatiques telles que Jean Vanier, au sein de l'Église. L'a-t-on trop adulé ? En a-t-on fait un saint sans discernement ? Comme le suggèrent le Père Thierry Magnin, porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF)Isabelle de Gaulmyn, du journal La Croix, éditorialiste à RCFFrançois Hugenin, éditeur et également éditorialiste à RCF ou encore Sr Véronique Margron, placer quelqu'un sur un piédestal c'est exposer chacun au manque de discernement. Ces révélations mettent une fois de plus en lumière la nécessité de repenser l'accompagnement spirituel

 

 

Sur le même thème :