Catholiques, la tentation du repli communautaire vue par Erwan le Morhedec

Présentée par Christophe Henning

S'abonner à l'émission

En Toutes Lettres

mercredi 2 août à 11h30

Durée émission : 25 min

Catholiques, la tentation du repli communautaire vue par Erwan le Morhedec

© Erwan - Koz Le Morhedec (Page Facebook)

Erwan Le Morhedec - blogueur connu sous le nom de Koz - identifie chez les catholiques de France la tentation d'un repli identitaire, par peur d'une Église "en perte de vitesse".

"On a le sentiment que l'Église ne cesse de perdre de la vitesse et qu'on est nécessairement sur une pente décliniste. Et le réflexe qui est de vouloir s'accrocher à ce que l'on a encore et le défendre coûte que coûte est profondément humain, naturel, mais à mon avis pas fructueux."

Cela fait plus de 10 ans que Koz invite les catholiques à la réflexion sur son blog. Depuis, il a dévoilé son nom, Erwan Le Morhedec, et son métier, avocat - et c'est sans doute de là qu'il tient son sens du verbe. Dans la blogosphère catholique il est connu pour ses propos sur les religions ou la politique. Il vient de publier "Identitaire" (éd. Cerf), pour dénoncer une dérive politique de certains catholiques.
 

"Je trouve les catholiques insécurisés." D'où la fuite en avant dans un glorieux passé catholique ou la tentation du repli communautaire

 

"Identitaire"

Sur la couverture de son livre, le mot est écrit en grosses lettres. Juste au-dessus, le symbole d'une église bleu, blanc et rouge. Sans chercher à questionner les liens entre identité chrétienne et indentité française, Erwan Le Morhedec veut pointer du doigt une tendance - une déviance? - qu'il observe chez ses contemporains catholiques.
 

"La problématique identitaire est la marque d'un déchirement et d'un tâtonnement des catholiques. Leur place ne peut plus être celle que nous avons connue et que nous nous reconstituons dans nos rêves nostalgiques. Non seulement nos gouvernants ne montrent guère plus aujourd'hui d'affinités avec le catholicisme, mais il en ont même oublié la culture et notre pays ne semble pas cesser de séculariser. Nous cherchons notre nouvelle place."
Erwan Le Morhedec

 

foi chrétienne et Récupération politique

C'est sur le sens "le plus politique" du terme "identitaire" que le blogueur s'attarde. Et aux activistes politiques d'extrême droite, notamment, qu'il s'attaque. Ceux qui "tiennent des propos ethnicistes", au nom de la foi chrétienne et ont "des convictions contraires à l'Évangile".

Il prend pour exemple "La Manif pour tous", infiltrée par l'extrême droite. "Il n'est pas neutre de voir que Génération identitaire a envoyé ses militants manifester plutôt avec La Manif pour tous plutôt qu'avec les manifs de Civitas, alors que fondamentalement ils sont beaucoup plus proches."

 



 

Le repli communautaire qui ne ressemble pas aux cathos

Attentats islamistes, afflux de migrants, perte d’influence de l’Église. Pour le blogueur, les cathos ont peur. "Je trouve les catholiques insécurisés." D'où la fuite en avant dans un glorieux passé catholique ou la tentation du repli communautaire.

Deux attitudes qui ne ressemblent pas aux catholiques, selon Erwan Le Morhedec. "Cette façon de parler de la communauté n'était pas une habitude chez les catholiques." Et qui ne s'accordent pas au message du Christ. Que fait-on du bien commun? La doctrine sociale de l'Église constitue selon lui un guide pour "une renaissance" du catholicisme de France, que le blogueur appelle de ses vœux.

 

Erwan Le Morhedec est l’auteur du blog Koztoujours et de l'ouvrage "Koztoujours, ça ira mieux demain" (éd. Cerf, 2015).

 

Entretien réalisé en janvier 2017

 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 16h00

Christophe Henning reçoit chaque semaine un auteur: travail théologique, questions pastorales, dimension liturgique, vie spirituelle, dialogue des religions… Autant de questions évoquées dans un tête-à-tête direct et nourri avec l’auteur.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.