[Nuit des églises] L'architecture religieuse au service d'une quête spirituelle

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

lundi 24 juin à 9h03

Durée émission : 55 min

[Nuit des églises] L'architecture religieuse au service d'une quête spirituelle

© Nuit des églises / JULIEN LAURENT / LOUISE ALLAVOINE / THIERRY SIVIENNE

La semaine prochaine ce sera la Nuit des églises: partout en France des églises seront ouvertes en soirée. Pour redire que le patrimoine religieux et au service de notre quête spirituelle.

Du 28 juin au 7 juillet, c'est la 9e Nuit des églises. Une manifestation cultuelle et culturelle initiée par la Conférence des évêques de France. Chaque année, plusieurs centaines d'églises dans toute la France y participent et ouvrent les portes des édifices pour y accueillir tous ceux qui le souhaitent.

"Tout le monde a une histoire particulière avec une église"

 

Ouvrir les portes des églises

L'objectif de la Nuit des églises, c'est de "permettre aux communautés chrétiennes locales, même dans les plus petits villages, de faire vivre ou de se réapproprier leur église, lieu de leur histoire et de leur enracinement", comme le précise Mgr Jean Legrez, initiateur du projet. Mais cet événement doit aussi permettre "d'accueillir largement tous ceux qui se présentent."

Depuis 2011, la Nuit des églises est une façon de manifester que l'Église est "vivante" et "visible". "Souvent l'église est le seul édifice ancien d'un village, constate Mgr Perrier, le problème se pose plutôt pour les zones qui ont été construites très récemment : là, l'église monument a beaucoup de peine à tisser du lien social."
 

Un lien affectif avec nos églises

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris nous l'a révélé : les Français sont attachés à leurs églises, bien au-delà de la seule sphère des croyants. "Tout le monde en France s'est senti concerné, jusqu'à l'étranger", rappelle Mathilde Schaeffer. Le succès de la mission Bern lui aussi "montre bien l'attachement des Français pour leur patrimoine mais c'est vrai, précise Gautier Mornas, qu'au sein de ce patrimoine-là les églises ont une place particulière".

De fait, l'église est le lieu où l'on célèbre un mariage, un baptême, des funérailles... Autant de rites qui marquent des étapes importantes dans nos vies et qui rend les églises si précieuses à nos yeux. Ce qui fait dire au P. Gautier Mornas : "On a tous vécu quelque chose de fort dans une église, au-delà de la foi qui nous fait croire qu'effectivement une église c'est la maison de Dieu, c'est avant tout et c'est ce qu'on voit le plus, la maison des hommes : c'est-à-dire que tout le monde a une histoire particulière avec une église."
 

ne pas opposer le Cultuel et le culturel

"Une cathédrale n'est pas un lieu comme les autres, c'est un lieu de foi, de religion avant tout", rappelle Mathilde Schaeffer, pour qui "il ne faut pas mettre en second plan cette position de lieu de foi qui prime sur la beauté de ces lieux".

On l'a vu au moment des débats sur la réhabilitation de Notre-Dame de Paris, une église peut être l'objet d'opppositions entre ceux défendent un lieu de culte et ceux pour qui elle est d'abord un espace culturel. "Il faut surtout éviter une dichotomie culte et culture, prévient Mgr Perrier, on serait totalement infidèle à l'esprit catholique, il faut voir dans le culte une forme suprême de la culture.

 

Invités

  • Père Gautier Mornas, coordinateur de la Nuit des églises 2019 à la Conférence des évêques de France

  • Mathilde Schaeffer, chargée de mission pour la Nuit des églises

  • Mgr Jacques Perrier, évêque émérite du diocèse de Tarbes et Lourdes, ancien directeur de Radio Notre-Dame, ancien curé de Notre-Dame de Paris

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 12h et le dimanche à 23h

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.