La conversion écologique, une démarche spirituelle

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Angle

mardi 4 octobre 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

La conversion écologique, une démarche spirituelle

© Pixabay

La conversion écologique à laquelle le pape François nous invite est avant tout une démarche spirituelle. Aux conséquences politiques, sociétales... On en parle avec Christophe Henning.

La Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, instaurée par le pape François chaque 1er septembre, a inauguré le mois de la Création qui s'achève le 4 octobre, jour de la Saint François. Un mois, le "Mois de la création", pour une conversion écologique: c'est ce à quoi les Eglises chrétiennes nous invitent.
 

La conversion écologique, une démarche spirituelle

La démarche telle qu'elle est encouragée par les Eglises chrétiennes est "avant tout une démarche spirituelle", explique Elena Lasida. Elle touche le sens de notre vie et notre rapport à l'autre. Elle rejoint toutes les dimensions de la vie, individuelle, collective, spirituelle, matérielle et sociale. Thème cher au pape François, l'écologie telle qu'il l'entend c'est se préoccuper de l'autre, plus pauvre que soit. "Ce qui est visé c'est la dimension relationnelle: la façon dont nous entrons en relation avec les autres, tout les autres, et avec Dieu."
 

vers des conditions de vie difficiles

Le changement climatique, il va se faire si vite que ce sont les plus pauvres qui en seront les premières victimes. On a dépassé les 400 ppm de particules de CO2 dans l'atomosphère, on a atteint un seuil d'érosion de la biodiversité proche de 50%, l'acidification de l'océan est en cours qui perturbe toute la chaîne alimentaire... autant de données que rappelle Valérie Cabanes pour signifier que le changement climatique est désormais lancé et irréversible. "Il va créer des conditions de vie extrêmement difficiles pour la plupart des êtres vivants."
 

L'écocide: le crime de destruction de notre maison commune

La porte-parole du mouvement "End Ecocide on Earth" défend la notion d'"écocide": que soit reconnu par la Cour pénale internationale le crime de destruction de notre maison commune, la terre. "Nous pensons que le crime contre la natiure doit être reconnu comme un crime contre la paix et la sécurité humaine", explique Valérie Cabanes. Selon elle, la CPI doit le reconnaître comme "un des crimes les plus graves contre l'humanité". La juriste qui a beaucoup travaillé sur les droits de l'homme, les relie à la notion de crime contre la terre.

Invités

  • Valérie Cabanes, juriste, porte-parole du mouvement "End Ecocide on Earth"

  • Elena Lasida, économiste, professeur à l'Institut catholique de Paris (ICP), chargée de mission Economie et Société à la Conférence des évêques de France

  • Dalibor Frioux, philosophe, écrivain, enseignant

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 17h03 et le samedi à 19h

Spiritualité, patrimoine, littérature, vie de l'Église, développement personnel... Chaque semaine, Christophe Henning anime une table ronde pour engager la discussion avec des acteurs de la vie culturelle, sociale, spirituelle.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.