L'enseignement en prison, du désir d'apprendre à la confiance en soi

Présentée par Béatrice Soltner

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

lundi 4 septembre à 13h30

Durée émission : 25 min

L'enseignement en prison, du désir d'apprendre à la confiance en soi

© RCF / Béatrice Soltner - Sylvie Paré, enseignante

La rentrée des classes a aussi lieu en prison. À la maison d'arrêt de Nanterre les détenus peuvent suivre des études. Sylvie Paré les accompagne avec passion depuis plus de 10 ans.

La prison, un monde dont on ne connaît pas grand-chose, qui fait peur ou impressionne. Derrière les hauts murs des bâtiments, il y a pourtant des visages, des hommes et des femmes, qui purgent leur peine en tentant de survivre au jour le jour. En prison, les mineurs ont l'obligation d'aller à l'école, pour les adultes c'est un libre choix. Ils peuvent travailler, suivre des cours et passer des examens. Cela fait 16 ans que Sylvie Paré enseigne en prison. Elle a écrit avec Cécile De Ram "L'école en prison, une porte de sortie" (éd. Du Rocher).
 

"Enseigner ce n'est pas remplir un vase mais allumer un feu"

 

enseigner dans "Une micro société"

Sylvie Paré dirige aujourd'hui le centre scolaire de la pison de Nanterre. Après 20 ans de professorat des écoles, l'envie d'enseigner à des adultes se faisait sentir. "C'était surtout la prison qui pouvait m'offrir cette opportunité." Quand elle a commencé à enseigner en prison, elle a ressenti une certaine excitation mais aussi de l'appréhension. "J'ai réalisé que l'étais enfermée moi aussi."

Dans leur livre, Sylvie Paré et Cécile De Ram décrivent bien ce monde en-soi, "un peu parallèle", qu'est l'univers carcéral. "Une micro société" où l'on vit derrière des portiques de détecttion, sous l'œil des caméras de surveillance. Et où sans cesse se fait entendre le tintement des clés. Dans ce monde "extrêmement bruyant", explique Sylvie Paré, les détenus envisagent l'école "un peu comme une bulle". Un endroit différent du reste de la prison.

 



 

L'école N'échappe pas à la surpopulation carcérale

Même pour aller à 'école, qui n'est pas obligatoire pour les détenus adultes, il faut être sur liste d'attente. Et aussi rédiger une lettre de motivation - ce qui est très touchant, confie Sylvie Paré. C'est que la prison de Nanterre accueille environ 1.100 détenus dans un espace prévu pour 592 personnes. Elle n'échappe pas au problème "énorme" de la surpopulation carcérale, qui se répercute sur tous les domaines de la vie des prosonniers: école, mais aussi santé, hygiène... "On essaie de remplir les classes au maximum."

La surpopulation carcérale, un phénomène d'autant plus grave et sérieux que l'école suscite le désir d'apprendre. Et "à travers le désir d'apprendre on reprend confiance en soi", observe l'enseignante. Grâce à elles, le français, les mathématiques et l'histoire ont trouvé un nouvel écho auprès des détenus.

 

Invités

  • Sylvie Paré , professeure des écoles, directrice du centre scolaire de la prison de Nanterre

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 13h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.