Attaque au couteau dans une église à Nice, "les catholiques refusent de céder à la peur"

30 octobre 2020 Par

Ce matin, un attentat terroriste a eu lieu dans une église de Nice. "C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées", a réagit l'Église de France.

Ce jeudi 29 octobre vers 9 heures, une attaque au couteau a eu lieu à Nice, dans la basilique Notre-Dame de l’Assomption et ses alentours, causant la mort de trois personnes et plusieurs blessés. La Conférence des évêques de France annonce que les églises sonneront le glas aujourd'hui à 15 heures. En solidarité avec les victimes, RCF adapte ses programmes.

 

"Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur"

 

une attaque terroriste islamiste

La première victime a été tuée à l'intérieur de la basilique Notre-Dame de l’Assomption, égorgée comme l'a été le Père Jacques Hamel, le 26 juillet 2016 à Saint-Etienne-du-Rouvray. Alors que le Parquet antiterroriste a ouvert une enquête, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, le président de la Conférence des évêques de France, se rend sur place dans l'avion d'Emmanuel Macron.
 

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré que l'auteur de cet attentat a "répété Allah Akbar... alors qu’il était médicalisé sur place", ce qui indique qu'il s'agit d'un acte terroriste islamiste. Une attaque qui survient 13 jours après l’assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre dernier à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

 

Un communiqué de la Conférence des évêques de France

"C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées, assassinées. Elles représentaient un symbole à abattre", déclare ce matin la Conférence des évêques de France dans un communiqué. "Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur et, avec toute la nation, veulent faire face à cette menace traître et aveugle."

 

Sur le même thème :