Attentat à Bagdad, le deuil après l'espoir

4 juillet 2016 Par

213 morts, plus de 200 blessés. L’attentat le plus meurtrier depuis le début de l’année en Irak intervient à l'approche de la fin du Ramadan et une semaine après la libération de Falloujah.

04/07/2016 | Dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 juillet, vers minuit, un kamikaze a fait exploser un camion piégé dans le quartier commerçant de Karrada à Bagdad. Une rue où de nombreuses personnes faisaient leurs courses pour préparer la fin du Ramadan, prévue ce mercredi 6 juillet. L’explosion, que l'EI a revendiquée, a été d'une telle violence que des immeubles et des commerces alentours ont pris feu. Des victimes pourraient toujours êtres sous les décombres.
 

La colère monte à l'égard du gouvernement

Après cette attaque le pays est en deuil pour trois jours, et la colère de la population monte à l'égard du gouvernement, jugé incapable d'assurer la sécurité des Irakiens. Le véhicule du premier ministre qui s'est rendu sur les lieux de l'attaque a essuyé des tirs de cailloux. Haïder al-Abadi a annoncé la modification des mesures de sécurité.
 

Daech réagit une semaine après la perte de Falloujah

Le 26 juin dernier, l'armée irakienne avait pu reprendre la ville de Falloujah située à une conquantaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad. Elle vise désormais Mossoul. Des milliers de déplacés réfugiés au Kurdistan attendent cette offensive avec l’espoir de pouvoir revenir chez eux, encore plus depuis la reprise de Falloujah qui était aux mains de Daech depuis 2015.

"Pour nous c'est le début de l'espoir de rentrer dans nos villages et que Daech ne restera pas longtemps en Irak", témoignait le père Amar. Ce prêtre syriaque catholique de la paroisse Mart Schmoni du quartier chrétien Ankawa, à Erbil, est originaire de Qaraqosh, réfugié à Erbil depuis deux ans.
 

Ecoutez le témoignage du père amar, recueilli le 27/06/2016 par Florence Gault, envoyée spéciale en Irak: