Attentats de Paris: "les familles vont pouvoir questionner les magistrats"

24 mai 2016 Par

A partir de ce mardi, durant trois jours, pour la première fois, les proches des victimes des attentats du 13 novembre rencontrent les juges chargés du dossier de l'enquête.

Il y a un peu plus de six mois, le vendredi 13 novembre 2015, Paris se voyait confronté à des attaques terroristes sans précédent dans l’histoire récente. Ce soir-là des commandos djihadistes ont tué 130 personnes et en ont blessé plus de 400 autres.

A partir d'ajourd'hui et pour encore deux jours, pour la première fois, les proches des victimes rencontrent les juges chargés du dossier. Des rencontres organisées à l’Ecole militaire, à Paris, compte tenu de l’ampleur des évènements. Maitre Olivier Morice, avocat de 37 familles de victimes des attentats du 13 novembre insiste sur l'importance de telles rencontre.

La loi exige de telles rencontres depuis 2014. Après les attentats de novembre, on compte près de 3000 dossiers d'indemnisation en cours, 492 blessées, 1081 personnes en état de choc enregistrées au Fonds de garantie des victimes du terrorisme, et 1001 parties civiles.

Ce mardi, les juges reçoivent les proches de victimes des attaques contre les terrasses parisiennes et au Stade de France. Demain et jeudi, les magistrats se réuniront avec ceux de la salle de concert du Bataclan.