Dialogue islamo-chrétien: "promouvoir ensemble les mêmes valeurs"

Les attentats de Paris, que Daech a revendiqué au nom de l'islam, sont-ils en mesure de menacer le dialogue islamo-chrétien? Le p. Vincent Feroldi répond à Thierry Lyonnet.

Le père Vincent Feroldi est le directeur du Service national de l'Eglise de France pour les relations avec les musulmans. Depuis des années il consacre sa vie au dialogue avec l'islam. Lui qui observe de près ce que Daech publie sur Internet confie que les attentats de Paris ont été "la confirmation de ce qu'[il] pressentait." Mais il ajoute que ce qui s'est passé est allé au-delà de ce qu'il avait imaginé.

Comment des hommes et des femmes peuvent-ils au nom d'Allah commentre de tels actes? Pour le père Vincent Feroldi, "on est témoin d'une instrumentalisaiton parfaite de la religion." Le prêtre constate avec effroi la façon dont sont utilisés un langage et une pratique religieuse. "Or, c'est au coeur de cela qu'ils deviennent des barbares, des hommes et des femmes capables de tuer, dans l'horreur."

"Non pas l'islam mais des musulmans."

"Il ne faut pas instrumentaliser l'islam." Plutôt que d'islam, le père Vincent Feroldi parle avant tout des musulmans. "Et voir qu'au coeur même du monde musulman, certes, il y a ce courant hyper extrémiste que je préfère désigner comme des terroristes djihadistes." 

Le dialogue islamo-chrétien est-il menacé? Pour le père Feroldi, "il faut montrer qu'on est ensemble des frères et soeurs en humanité et que ce terrorisme est bien le fait seulement d'extrémistes". Le dialogue avec l'islam, qui est rencontre, s'avère donc nécessaire, pour "promouvoir ensemble des mêmes valeurs".