Les Balkans au seuil de l'UE ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Europe

vendredi 16 février à 7h12

Durée émission : 3 min

Les Balkans au seuil de l'UE ?

© 2016 REUTERS/Vincent Kessler

La semaine dernière, la Commission européenne a présenté une stratégie pour une perspective d'élargissement de l'Union européenne aux Balkans occidentaux.

00:00

00:00

Une stratégie, des perspectives, une clarification : oui. Une adhésion à court, voir moyen terme non, mais il faut y travailler. C’est en substance le message lancé par Bruxelles lorsqu’elle dit qu’une perspective d'élargissement crédible requiert des efforts soutenus et des réformes irréversibles. Dit autrement, nous sommes encore loin du compte, et l’exemple de la Bulgarie devrait faire réfléchir. Les rapports annuels de la Commission européenne sur la lutte contre la corruption sont par exemple très négatifs pour un Etat membre pourtant entré depuis maintenant 10 ans ! Si le Monténégro peut espérer viser 2025 pour intégrer le club, la Serbie avance lentement et la Macédoine ou l’Albanie n’ont pas encore clôturé un seul chapitre de négociation sur les 35 nécessaires à l’adhésion. Quant à la Bosnie et au Kosovo ils en sont au statut de candidat potentiel. La route sera donc longue et l’Union ne refera pas l’erreur d’intégrer en bloc comme en 2004.
 
On peut s'interroger sur cette accélération et cette mise à l’agenda, alors que Jean-Claude Juncker avait déclaré qu’il n’y aurait pas d’élargissement sous son mandat. Mais quels sont les trois sujets les plus « brûlants » dans le programme de travail des institutions ? Le Brexit, la question migratoire, l’avenir de l’Union européenne. Les Balkans occidentaux, apportent des éléments de réponse à la politisation de ces trois sujets. Les discussions sur des futurs élargissements envoient un signal fort à nos partenaires non-européens qu’après le Brexit « Europe is back », que l’Europe est plus que jamais attractive en dépit de la « péripétie britannique » survenue le 23 juin 2016. Les Balkans occidentaux sont également un partenaire important, je dirais même indispensable, dans la stratégie de sécurisation des frontières extérieures de l’Union. La stabilisation de la route des Balkans demeure un élément géostratégique essentiel dans la volonté de l’Union européenne de répondre au défi de la question migratoire et de notre sécurité. Enfin, l’avenir de l’Union, les questions budgétaires afférentes, les différents scénarios issus du processus de Bratislava mettent en avant la capacité d’étendre l’influence de l’Union européenne, à travers la sécurisation de son voisinage et l’entrée de nouveaux États membres en son sein, même si cela abouti à une « intégration différenciée ».
 
Quel a été l’impact, les succès, les ratés, des derniers élargissements ? Si vous prenez une carte du continent, indiscutablement ces états sont européens. Mais quelle est l’adhésion au modèle européen ?

L’attitude de certains Etats de l’est de l’Europe sur l’état de droit, les valeurs notamment interpellent. Les états candidats sont encore très loin des standards européens. Aussi, à quel modèle souhaitent-ils adhérer ? Le marché commun, l’euro, les facilités de développement économique, la sécurité d’un bloc uni, ou à un réel projet politique ? Enfin, si l’Union compte 32, 33 ou 35 membres demain, il est évident que les structures de gouvernance doivent être repensées. On revient toujours à cette question, quelle Europe voulons-nous, avec qui, et à quelles conditions. C’est l’équation que le Brexit nous encourage à résoudre pour éviter de nouvelles désillusions par manque de clarté sur notre ambition commune. 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 07h12

Chaque semaine, Charles de Marcilly propose une analyse politique de l'Union européenne et de ses grands enjeux.

Le présentateur

Charles de Marcilly

Spécialiste des affaires européennes depuis plus de dix ans, Charles de Marcilly est le responsable du bureau de Bruxelles de la Fondation Robert Schuman.