Filière porcine: la Cooperl poursuit son bras de fer

La coopérative Cooperl, n°1 du porc en France, a annoncé mercredi qu’elle sera de nouveau absente de la séance de cotation du marché du porc breton qui fixe les prix de référence national.

Cooperl et Bigard/Socopa, les deux grands industriels majeurs de la transformation de la viande de porc n’avaient pas participé lundi au marché. Ils jugent que le prix convenu au sein de la filière d’1,40€ le kilo est intenable pour les abattoirs, comparé aux prix pratiqués en Allemagne ou en Espagne.

Une réunion du Conseil européen de l’agriculture doit se tenir le 7 septembre à la demande du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll. Une date que Xavier Beulin juge tardive, il a réclamé mardi d’urgence une réponse européenne. Il redoute une absence prolongée de cotation.
Pour Lucien Bourgeois, économiste consultant et membre  de l’Académie d’Agriculture de France, il faut réinventer une politique européenne active.


Il estime en outre qu’il faut réinventer une politique de filières.