Manuel Valls passe le pouvoir à "son ami, son frère" Bernard Cazeneuve

6 décembre 2016 Par

La passation de pouvoir a eu lieu mardi 6 décembre en fin d'après-midi entre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Ce dernier est donc officiellement le nouveau premier ministre français.

Le passage de témoin a été rapide. Mardi matin 6 décembre, au lendemain de son annonce officielle de candidature pour la primaire de gauche, Manuel Valls a présenté sa démission au président Hollande. Dans la foulée, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a été nommé à Matignon. Quelques heures plus tard, la cérémonie de passation de pouvoir a entériné le changement de premier ministre.
 

"Un premier ministre heureux"

Dans son allocution de départ, Manuel Valls a d'abord remercié le personnel, les équipes et les agents de Matignon. Il décrit son mandat comme une "belle aventure de 32 mois", dictée par "l'énergie et l'amour de la France". Manuel Valls se décrit comme un premier ministre "heureux" malgré les épreuves traversées. "Il y a eu beaucoup de gravité, mais aussi du bonheur, comme l'Euro de football ou la COP21", précise le nouveau candidat à la primaire. 

Manuel Valls dit assumer le bilan. Il laisse donc Bernard Cazeneuve prendre la suite dans cette "belle maison". L'ex premier ministre salue le travail de Bernard Cazeneuve à l'Intérieur. "Vous avez été un grand ministre", clame-t-il. "Vous êtes un ami, vous êtes un frère", termine-t-il. 

L'allocution de Manuel Valls


 

"Ma boussole: le sens de l'Etat"

Bernard Cazeneuve a, lui, exprimé son amitié et son respect à Manuel Valls. Il se dit "honoré" d'avoir servi la république sous son mandat. "Malgré les attentats, notre peuple a demeuré débout", a ensuite insisté Bernard Cazeneuve. Il a insisté sur la confiance que lui a témoigné Manuel Valls, une confiance qui lui a "appris et dont il va se servir dans les prochains mois". 

Bernard Cazeneuve entend protéger la France, jusqu'à la fin du quinquennat. Protéger d'abord contre la menace terroriste, mais aussi protéger le modèle social. "Ma boussole, c'est le sens de l'Etat", insiste Bernard Cazeneuve. Il termine en soulignant son amitié, son respect et sa reconnaissance à Manuel Valls. 

L'allocution de Bernard Cazeneuve

Sur le même thème :