Prisons: face à la grogne, le garde des Sceaux propose plus de cellules

20 septembre 2016 Par

Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la justice, a présenté mardi 20 septembre un rapport sur la surpopulation carcérale. Il envisage la création de 10 000 à 16 000 places supplémentaires.

Les surveillants de prison se sont mobilisés plusieurs fois depuis le début de la semaine pour crier leur colère. Ils dénoncent leurs conditions de travail et craignent pour leur sécurité. Parallèlement, Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la justice, a présenté mardi 20 septembre son rapport sur la surpopulation carcérale. Il envisage la construction de 10 000 à 16 000 cellules supplémentaires d'ici 2025.
 

Les surveillants n'ont plus d'autorité

Mardi matin, une cinquantaine de surveillants pénitentiaires ont bloqué l'accès à la maison d'arrêt des Croisettes à Coulaines (Sarthe). Les syndicats dénoncent les conditions de travail après l'agression d'un membre du personnel vendredi 16 septembre, la mutinerie la semaine précédente à la Prison de Vivone près de Poitiers (Vienne) et l'attaque, début septembre, de deux gardiens par un détenu radicalisé à la maison d'arrêt d'Osny (Val d'Oise). 

Les surveillants viennent au travail "avec la boule au ventre" selon Vincent le Dimeet, représentant de personnel pénitentiaire pour Force Ouvrière. "Nous voulons que l'administration prenne des mesures pour limiter la surpopulation carcérale", ajoute-t-il. "Les détenus n'ont plus de respect et les surveillants plus d'autorité", détaille Vincent le Dimeet. 

La réaction complète de Vincent le Dimeet

Lutter contre le prosélytisme

Pour répondre à la grogne du personnel pénitentiaire, le ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas a présenté mardi un rapport sur la surpopulation carcérale. Le document a été remis au Parlement et présenté lors d'une visite au centre pénitentiaire de Fresnes (Val de Marne). Le rapport vise l'encellulement individuel, un principe inscrit dans la loi depuis 1875 mais jamais respecté. 

Pour y parvenir, le ministre espère déjà atteindre un taux de 80% de cellules individuelles. Actuellement, la population pénale compte 68 819 détenus pour 58 507 places de prison. Dans son rapport, Jean-Jacques Urvoas estime que d'ici 2025, en tenant compte des programmes immobiliers en cours, entre 10 309 et 16 143 cellules doivent être créées. Pour le garde des Sceaux, outre l'objectif de réinsertion, la lutte contre le prosélytisme rend nécessaire la mise en place de cellules individuelles. 

Jean-Jacques Urvoas compte maintenant sur un déblocage de fonds. Il propose l'instauration d'une loi de programmation avec un engagement compris entre 1 et 2,5 milliards d'euros. Pour avancer au plus vite dans son plan, le ministre a d'ores et déjà demandé 1,1 milliard d'euros d'autorisation d'engagements sur le budget 2017. 

Sur le même thème :