Quel visage pour le prêtre de demain?

S'abonner à l'émission

Chrétiens à la Une

vendredi 16 décembre 2016 à 13h30

Durée émission : 25 min

Chrétiens à la Une

© ServizioFotograficoORCPPCIRIC

La semaine dernière, la Congrégation pour le Clergé a publié un nouveau document pour la formation des futurs prêtres.

La dernière version de cette "Ratio Fundamentalis" datait de 1970. Elle avait connu une mise à jour en 1985. Mais à quoi sert plus précisément ce texte ? Pourquoi fallait-il le modifier ? A quoi va ressembler le prêtre de demain ? C'était le sujet de Chrétiens à la Une, vendredi 16 décembre avec Mgr Antoine Herouard, recteur du Séminaire Français de Rome.

La société a évolué. L'image du prêtre également, parfois en s'écornant lors de divers scandales ayant impliqué l'Eglise. Bref, le contexte est bien différent de celui des années 70, période durant laquelle la dernière version de la "Ratio Fundamentalis" avait été rédigée. Sur le fond, l'esprit de ce texte, et particulièrement de cette nouvelle mouture est le suivant : former les prêtres pour qu’il soit armé humainement spirituellement et intellectuellement pour mener à bien leur mission.

Un texte qui invite les prêtres à se questionner sur une triple maturité, nécessaire pour exercer un tel ministère : humaine, spirituelle et intellectuelle. C'est d'ailleurs ce qu'a déclaré le cardinal Stella, préfet de la Congrégation pour le Clergé : "pour être un bon prêtre, outre la réussite aux examens, il faut avoir atteint une vraie maturité humaine, spirituelle et pastorale".

L'un des points importants de ce nouveau texte, c'est l'obligation d'effectuer, pour chaque futur séminariste, une année de propédeutique, une année d’étude et de réflexion qui devient obligatoire à l’entrée au séminaire. Dans ce document, on observe également toute une partie dédiée aux critères d’admission mais aussi de renvoi et d’abandon du séminaire.

 

MAIS AUSSI :

Une semaine marquée par la fin de l’offensive sur Alep en Syrie. Les opérations d'évacuation des civils et des rebelles sont en cours. Sur place, un envoyé de l'Oeuvre d'Orient, Vincent Gelot. Il est logé chez les Maristes dans un quartier à la limite des quartiers Est de la ville. Il est arrivé il y a quelques jours sous une pluie de bombes. Un calme précaire semble revenu. Il nous décrit la ville d’Alep, les conditions de vie et le courage de la population.

Et cette semaine les évêques de France ont fait une déclaration. Ils ont lancé un appel à protéger les civils. C’est une obligation impérative et urgente, écrivent-ils. Ils dénoncent également le comportement de la communauté internationale qui en reste selon eux à des déclarations d'intention. "Les personnes sont écrasées sous les bombes, poussées à l’exode, exécutées" s'alarment les évêques qui à l'approche de Noël appellent chacun, élus, responsables et citoyens, à ne pas fermer les yeux sur la situation des personnes réfugiées chez nous. Il faut accueillir et les accompagner dans la durée.

 
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 13h30

Chaque semaine Pauline de Torsiac reçoit un acteur du monde chrétien. Homme ou femme, laïc ou clerc, prêtre, pasteur ou évêque, responsable de mouvement ou d’une congrégation, chanteur, acteur... c’est son actualité qui est mise en lumière et détaillée à cette occasion. L'invité de Pauline de Torsiac est également amené à réagir sur une sélection de sujets qui font l’actualité de la sphère chrétienne cette semaine-là.