Synode des jeunes: "on a besoin de cette vitalité de la jeunesse" explique Mgr Macaire

5 octobre 2018 Par

Mgr David Macaire est l'un des quatre évêques français à participer au synode des jeunes à Rome. Et il compte bien témoigner de la vitalité de la jeunesse devant les pères synodaux.

Après des mois de préparation, des consultations des jeunes du monde entier depuis deux ans, le synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel a débuté mercredi. Il a pour objectif de repenser la place des jeunes dans l’Eglise en écoutant leurs préoccupations à travers le monde.

Lors de la messe d’ouverture célébrée place Saint Pierre le pape François a eu des mots très forts à destination des pères synodaux. Pour le souverain pontife, il faut "transformer ces structures qui nous paralysent, nous séparent et nous éloignent des jeunes". Après cette célébration, le synode s’est ensuite réuni une première fois dans l’après-midi.

Le Pape y a délivré la feuille de route du mois de travail qui démarre. Il faut, dit-il "faire germer des rêves, susciter des prophéties et des visions qui redonne des forces et inspire les jeunes". Pas facile, dans un climat de méfiance envers l'Eglise, et alors que l'institution est profondément ébranlée par les différents scandales de pédophilie.

Mgr David Macaire, l’archevêque de Fort de France  en Martinique, fait partie des quatre évêques français qui participent au synode. Il veut notamment témoigner devant les pères synodaux de la vitalité des jeunes.
 

Mgr David Macaire, archevêque de Fort de France, au micro d'Etienne Pépin:

00:00

00:00

"On a besoin de cette vitalité de la jeunesse, de cette puissance de changement, mais aussi cette puissance d’espérance. Le diable, lorsqu’il veut tuer le monde et tuer les jeunes, il fait la jeunesse désespérée. Dieu au contraire a toujours envoyé les hommes, les femmes et les jeunes pour changer le monde" explique Mgr Macaire au micro d'Etienne Pépin, envoyé spécial de RCF à Rome.

"J’interviendrai certainement sur la première partie de l’instrumentum laboris : ce que les jeunes disent, ce qu’ils nous enseignent. Je vais essayer de redire ce que j’ai entendu et vu" conclut l'archevêque de Fort de France.

.