Faire tomber les préjugés

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 28 février à 6h55

Durée émission : 3 min

Faire tomber les préjugés

© 2018 SGDF - Rencontre des scouts à Marseille

La semaine dernière était célébrée la journée mondiale du scoutisme. François Mandil nous raconte une rencontre des mouvements du scoutisme français dans les cités de Marseille.

C’était la journée mondiale du scoutisme la semaine dernière, vous n’avez pas pu la manquer ! Et pour l’occasion, les scouts et guides du monde entier font la fête et se rassemblent. Ils étaient par exemple 500 à faire un concours de radeaux avec des matériaux de récupération à Vauclin, à la Martinique ou 150 à Lyon pour construire des tables en bois en pleine ville. A Marseille, pour célébrer cette journée, les mouvements du scoutisme français ont organisé, en partenariat avec des associations de quartier, des animations dans les cités toute la journée. Vous savez peut-être qu’il y a six associations dans cette fédération, de spiritualité et de convictions différentes. Une association catholique, une protestante, une laïque, une juive, une musulmane et, depuis peu, une d’inspiration bouddhiste.
 
Cette initiative marseillaise m'a beaucoup plu ! Ce n’est pas nouveau, on le fait souvent, dans toute la France, et ça fonctionne très bien. D’ailleurs, depuis un an, le scoutisme s’implante dans les cités de Marseille et certains enfants sont déjà devenus scouts. Un premier camp a été organisé l’été dernier. Mais c’est vrai que dimanche, ils ont organisé une opération de grande ampleur. Je trouve qu’on a là toute l’essence même du scoutisme : faire se rencontrer des jeunes de tous milieux sociaux et les faire jouer ensemble. Aller combattre les clichés dans les quartiers où il y a peu d’offres pour les enfants.

J’ai été frappé par les paroles d’un de ces jeunes, Nazdim, âgé de 8 ou 9 ans : « Ça nous permet de sortir du quartier, de respirer un petit peu et de changer l’image de ce quartier » Si jeune et déjà si conscient de l’image de son quartier et des carences sociales.
 
Organiser cette journée en inter-mouvement a pu montrer à ces jeunes que le scoutisme aussi est divers. Ils ont pu découvrir que des gens qui ont des religions différentes, qui ont des histoires et des cultures différentes, venaient ensemble, gratuitement, organiser des activités pour des enfants, sans aucun pré-requis. Des adolescents et des adultes sont venus dans leurs quartiers pour le seul et immense plaisir de partager un moment de bonheur avec eux.
 
Il me semble que le scoutisme et l’éducation populaire en général ont un rôle primordial à jouer dans ces quartiers où l’offre sociale est faible : celui de redonner de la fierté, de faire tomber les préjugés. Ces quartiers sont jeunes, cela veut dire qu’ils sont plein de potentiels ! Ils sont plein de cerveaux ingénieux, créatifs, inventifs. Nous avons besoin de cette jeunesse. Nous avons besoin que ces jeunes soient en confiance. Trop souvent, ils ne sont confrontés qu’à la difficulté d’accéder à l’emploi, qu’aux contrôles au faciès. Il y a un gâchis fou à ne pas investir dans la jeunesse.

Mettre les jeunes en situation de développer sereinement leur personnalité, de s’ouvrir au monde, cela s’appelle l’éducation. Et c’est la mission du scoutisme.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 06h55

Chaque mercredi, découvrez la chronique des Scouts et Guides de France sur RCF !

Le présentateur

François Mandil

François Mandil est le délégué national Communication et Relations extérieures des Scouts et Guides de France.