Incendie

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

mardi 21 janvier à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

Voilà un mot qui hélas prend une ampleur anormale depuis quelques années, et notamment avec l’Australie et son gigantesque incendie.

On ne parlait jusqu’ici que d’une maison, d’une ville qui était victime d’un incendie, comme le gigantesque incendie de Londres au XVIIe siècle, mais on n’a jamais parlé de l’incendie d’un pays ou d’une surface pareille et c’est pourtant le cas avec l’Australie, donnant presque vie à l’image de la planète qui brûle. Alors, vite jetons de l’eau étymologique sur ce mot pour le moins brûlant…

Effectivement, c’est du latin incendium, embrasement, feu, mais aussi ardeur des sentiments que vient le mot « incendie » attesté en français en 1575. Mais déjà au milieu du XIe siècle, était né le mot encendi, en tant que grand feu. En vérité, quand un pays s’embrase comme l’Australie, on peut presque parler de « conflagration », or justement, si depuis le XXe siècle, une conflagration désigne un bouleversement de grande portée, un cataclysme, voire un conflit international, autrefois une conflagration n’était autre qu’un embrasement de très grande ampleur.

Il y avait même un verbe, se conflagrer désignant le fait de s’enflammer : le château se conflagre pouvait-on dire… En fait, dans le mot « conflagration », on retrouve le verbe latin flagrare, brûler, de même famille étymologique que flamme. Et d’ailleurs dans le Voyage de la haute Pennsylvanie, publié en 1801 l’auteur John de Crèvecoeur signale encore les « conflagrations dévorantes que nos chasseurs allument au milieu des plaines herbées ». Voilà qui ramène aux incendies de forêt. Et avec le mot incendie aussi aux Grammairiens…

Eh bien je pense à Grévisse donnant pour exemple : "On ne dit pas : la ville prise, elle fut incendiée par les soldats, mais une fois prise, la ville fut incendiée par les soldats. Voilà c’est le vertige des grammairiens, qu’importe si la ville brûle pourvu qu’on ne fasse pas de faute de grammaire !"
 
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.