La République et la galette

S'abonner à l'émission

L'édito du P. Matthieu Rougé

jeudi 11 janvier à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito du P. Matthieu Rougé

© P. Matthieu Rougé

Alors que familles, entreprises, syndicats, médias dégustent la galette des rois, le P. Matthieu Rougé s'étonne "qu’aucun activiste n’ait protesté contre ce crime de lèse-République"...

00:00

00:00

"Notre République laïque est étrange. Voici que la France toute entière vient de se mettre au régime, fort peu équilibré diront certains, de la frangipane et de la pâte feuilletée. Dans toutes les familles, entreprises, syndicats, médias, écoles, catholiques ou non, tous vont - avec bonheur - tirer les rois ! Faut-il que le lobby des boulangers-pâtissiers soit puissant pour qu’aucun activiste n’ait protesté contre ce crime de lèse-République, contre cette offense caractérisée de la déesse laïcité. Depuis la vaine tentative du conventionnel Pierre-Louis Manuel qui voulut interdire les galettes par esprit révolutionnaire, les anticléricaux les plus virulents se bornent à veiller scrupuleusement à la neutralité des fèves.

Peu de nos compatriotes sans doute savent aujourd’hui que la galette est le gâteau par excellence de l’Épiphanie, ce prolongement éclatant de Noël. Mais, quoi qu’il en soit du détail de leur culture  religieuse, nos contemporains ne se trompent pas en se réunissant, dans leur variété spirituelle et culturelle, autour d’une galette, comme les mages représentés avec des couleurs de peau différentes, symbolisant tous les peuples de la terre. La place faite aux enfants, qui attribuent traditionnellement les différentes parts de galette, constitue une hymne à la dignité des plus petits, dans le sillage de la prostration de mages devant l’enfant de Bethléem.

Ainsi apparaît-il une nouvelle fois que les traditions d’origine chrétienne ne menacent pas les légitimes pluralismes ni n’enferment dans un confessionnalisme contraignant. Au contraire, par la souplesse avec laquelle elles peuvent être accueillies dans leur dimension culturelle, elles contribuent à la joie, au partage et à la paix. Les chrétiens, pour autant, n’ont pas à s’enfermer dans une réduction culturelle de leur foi.

Car les simples traditions ont besoin de leur témoignage pour demeurer signifiantes. La galette des rois n’est pas un mauvais régime pour la République. Les calories de la frangipane et de la pâte feuilletée ne peuvent lui faire que du bien !"

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jeudis à 07h55

Théologien et essayiste, le Père Matthieu Rougé est spécialiste de théologie politique. Il a été l'aumônier des parlementaires entre 2004 et 2012. Il nous donne son regard sur l'actualité chaque jeudi dans La Matinale RCF.