Les Mouches de Jean-Paul Sartre

Présentée par UA-70214

S'abonner à l'émission

La chronique Philosophie

mardi 4 juin 2019 à 8h52

Durée émission : 3 min

La chronique Philosophie

Dans sa nouvelle chronique, Laurence Devillairs revient sur l'une des grandes œuvres de Jean-Paul Sartre, Les Mouches. Une pièce qui prône la liberté en pleine Occupation.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Nous sommes le jeudi 3 juin 1943, au Théâtre de la Cité, à Paris. Un petit public est venu assister à une nouvelle pièce, intitulée Les Mouches. Qui est l’auteur de cette pièce ? les auditeurs ont sans doute déjà le nom à l’esprit. L’auteur de ce drame en trois actes est Jean-Paul Sartre, un jeune professeur de philosophie, au lycée Condorcet. Cette pièce est-elle une œuvre de résistance ? Une façon de lutter contre l’occupant allemand ? Sartre aurait fait œuvre de résistance en faisant représenter cette œuvre en 1943, dans la France occupée ? C’est ce que Sartre dira plus tard : "ce que j’ai voulu démontrer dans Les Mouches, (…) c’est qu’il faut savoir juger du degré de responsabilité que nous mettons dans nos actes.

Nous sommes absolument libres, et donc absolument responsables. Il n’y a pas d’excuses qui tiennent, tous ces oui, mais par lesquels nous tentons de justifier nos manquements et nos lâchetés. Pour Sartre, nous ne pouvons pas échapper à la liberté : nous avons toujours la possibilité de choisir, de refuser : "Nous sommes condamnés à être libres". Ce que nous faisons, nous voulons le faire. Et nous le faisons. En toute liberté, quoi que nous en disions. 

"Le secret douloureux des dieux et des rois, c’est que les hommes sont libres. Ils sont libres, et ils ne le savent pas." Ce sont les mots qui résonnent en cette soirée du 3 juin 1943, dans la France de Vichy.

Être libre, c’est s’engager dans ce qu’on fait, le vouloir, persister et signer. La liberté est aussi souvent le pouvoir de dire non, de s’opposer, d’en finir avec quelque chose, avec une réalité qui a trop duré.  Mais la liberté est également le pouvoir de commencer, de faire du neuf. De faire advenir quelque chose qui n’existait pas encore – un nouveau départ, une décision, une prise de position. 

"J’ai dit non. (…) Tout est neuf ici, tout est à commencer", proclame le héros de la pièce. Les Mouches, pourtant, connaîtront un faible succès. La salle sera parfois même vide. Il faudra attendre la publication de l’ouvrage L’existentialisme est un humanisme, en 1946, pour que Sartre devienne Sartre, la figure souvent imitée mais encore inégalée de l’intellectuel français.  

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 8h52 et 15h15

Chaque mardi dans la Matinale RCF, vous retrouvez l'instant Philosophie de Laurence Devillairs.

Le présentateur

Laurence Devillairs

Philosophe, enseignante au Centre Sèvres et à l'Institut catholique de Paris, Laurence Devillairs est spécialiste de l'âge classique et du cartésianisme.