Méditerranée: deux pilotes français volent au secours des migrants

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

vendredi 26 octobre 2018 à 6h41

Durée émission : 4 min

Méditerranée: deux pilotes français volent au secours des migrants

© Pilotes volontaires

Focus sur l’ONG Pilotes volontaires. Son objectif : déployer des avions au-dessus de la Méditerranée pour repérer des embarcations en détresse.

La surveillance des eaux méditerranéennes n’est pas le seul apanage de la Marine, et des ONG. Des avions sont eux-aussi déployés au-dessus de la Grande Bleue afin de repérer les embarcations de migrants en détresse. Une sorte d’Aquarius des airs. À l’origine de ce projet, deux pilotes français qui ont investi toutes leurs économies pour monter cette opération.
 

Vous êtes parti d’un constat, celui que la Méditerranée était en train de devenir un cimetière marin. Quel a été le déclic ?

"On s’est rendu compte qu’en Méditerranée, au large des côtes libyennes, il y avait énormément de morts par noyade, de migrants qui partent en tentant de rejoindre l’Europe. Et que les moyens pour sauver ces gens étaient inefficaces. Très peu de bateaux d’ONG sont sur site et leurs capacités de repérage sont mauvaises. On s’est dit qu’avec un avion, on arriverait à faire du repérage dans de bonnes conditions" explique Benoît Micolon, pilote de ligne, cofondateur de l’ONG Pilotes volontaires.
 

Vous mettez toutes vos économies dans ce projet. Vous vous lancez à l’aventure. Recevez-vous le soutien d’autres gouvernements ou d’ONG ?

"Nous avons acheté l’avion sur fonds propres avec José pour éviter de perdre plus de temps, et éviter qu’il y ait plus de morts. Mais nous n’avons pas sollicité ou reçu d’aide de la part du gouvernement. On est en contact avec toutes les ONG qui sont sur place et qui participent aux moyens de secours. En revanche, il faut bien comprendre qu’on ne court-circuite pas le process normal de secours. Quand on repère une embarcation en détresse, on ne prévient pas l’Aquarius, on prévient le MRCC, l’équivalent du 15 chez nous. Depuis cet été, on assiste à une nouveauté, car le MRCC ne répond plus. On essaie de contacter les Libyens mais c’est une communication impossible" ajoute le pilote.
 

Pourquoi avez-vous choisi le nom du colibri pour votre avion ?

"C’est une référence à une légende amérindienne qui raconte qu’un petit colibri essayait d’étendre un feu de forêt en prenant des gouttes d’eau dans son bec. Un de ses copains lui dit qu’avec ces petites gouttes d’eau, c’est inefficace. Le  colibri répond qu’il le sait, mais qu’il fait sa part. Nous avec notre avion, on ne sauvera pas tout le monde, mais on fait notre part" conclut Benoît Micolon.

Plus d'informations sur www.pilotes-volontaires.org

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!