Ours

Présentée par PR-19172

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

jeudi 27 février à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

Ours, voilà un mot très ancien et qui au XIXe siècle était de prononciation variable

Littré rappelle : « Quelques personnes prononcent our, ce qui est préférable », déclare en effet Littré à l’orée de son article consacré à ce « genre de mammifère plantigrade contenant comme espèces les plus connues : l’ours brun d’Europe, l’ours noir d’Amérique et l’ours blanc de la mer glaciale ».

Il est en effet entré en langue française en 1080 dans l’un de nos plus anciens textes littéraires, la Chanson de Roland. Et il venait directement du latin ursus, ursa. Et la première définition qui nous est donné dans un dictionnaire, celui de Richelet ne nous surprend pas : « Gros animal sauvage couvert d’une peau épaisse & velue dont le poil est gris ». Et Richelet de préciser qu’il « a les yeux petits, qui se remuent fort vite » et « des pieds qui ressemblent presque à des mains ».

Évidemment, il est très vite l’objet de croyances, tant l’animal est impressionnant. Richelet précise ainsi qu’on dit que les ours aiment « les filles » qui doivent s’en méfier, et que les ourses, au féminin, qui ne portent que trente jours, ont des petits, et c’est là la légende, des petits « qui ne sont qu’une masse informe » et « qu’elle leur donne la figure qu’il doivent avoir », en les léchant.

La définition de l’ours par Furetière en 1690 est moins tendre : « Bête féroce qui se retire dans des montagnes » écrit-il. Et à lui aussi de battre en brèche les légendes. Quant à l’un des sens figuré, il est plaisamment décrit par Furetière ainsi : « On dit proverbialement, écrit-il, d’un homme qui a beaucoup de poil à l’Estomac & sous le linge, qu’il est velu comme un ours. » Et puis il cite quelques expressions sortie aujourd’hui de l’usage.

On disait autrefois « d’un homme qui a peur, qui faut le faire monter sur l’ours ». Entre nous monter sur un cheval d’accord, mais sur un ours, eh bien il y a de quoi avoir peur. On disait aussi d’un homme qu’il était fait comme un « meneur d’ours, pour dire qu’il est mal bâti ». Mais nous reste l’homme bourru assimilé à un ours, une sorte de misanthrope, ce qui donne une délicieuse définition pour l’ourson par les verbicrucistes : « mini misanthrope ». N’oublie surtout pas, dit la Maman à son tout petit, de prendre ton « mini misanthrope 
 
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.