Témoignage : Frère Marek, être le seul prêtre parmi les frères de Taizé

Présentée par

S'abonner à l'émission

Pâques à Taizé

jeudi 18 avril à 15h15

Durée émission : 0 min

Témoignage : Frère Marek, être le seul prêtre parmi les frères de Taizé

© RCF / Anne Kerléo - Frère Marek

Dans une communauté comme Taizé, qui n'est pas à proprement parler catholique, il n'y a pas d'obligation de devenir prêtre. Frère Marek est le seul à avoir reçu le sacrement de l'ordre.

LA SEMAINE SAINTE À TAIZÉ - Cette année, RCF vous propose de vivre la Semaine sainte avec les frères de Taizé. Une programmation exceptionnelle au rythme de la communauté à suivre en direct du 18 au 21 avril.
> En savoir plus

 

Quand des jeunes catholiques ont commencé à affluer à Taizé

La communauté de Taizé n'est pas à proprement parler catholique : il n'y a pas d'obligation pour les frères de devenir prêtre. C'est l'arrivée massive de jeunes catholiques polonais dans les années 90 qui a fait sentir la nécessité d'avoir des prêtres dans la communauté. "C'était important d'assurer cette présence d'un prêtre ici qui parlait leur langue." Frère Roger a demandé à Frère Marek s'il acceptait de devenir prêtre. Avec l'accord du Vatican et après avoir été préparé, celui-ci a été ordonné dans son diocèse d'origine.
 

Rechercher l'unité des chrétiens

Répondre à la demande des jeunes polonais, mais aussi aller toujours plus avant dans la recherche œcuménique de l'unité. Comme le rappelle Frère Marek, "l'Église catholique a ce trésor qu'est l'eucharistie". Trésor que la communauté dans son ensemble souhaite accueillir.

Être le seul prêtre à Taizé : est-ce qu'on se sent à part ? "Je me sens frère parmi les frères", confie Frère Marek, qui envisage son ministère de prêtre comme "un service". Célébrer la messe, écouter les confessions... 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du Jeudi saint au dimanche de Pâques, RCF vous propose de vivre le triduum pascal avec les frères de Taizé, en Saône-et-Loire.

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!