Se retirer du monde, pourquoi est-ce si important dans les grandes traditions religieuses ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'entretien de la semaine

samedi 13 janvier à 13h15

Durée émission : 12 min

Se retirer du monde, pourquoi est-ce si important dans les grandes traditions religieuses ?

© Jeremy Bishop / Unsplash - Les trois grandes religions monothéistes "sont nées dans le désert"

Dans toutes les grandes traditions religieuses du monde on trouve cette propension à se retirer du monde, pour vivre le silence et la solitude.

Le numéro 14 (Hiver 2018) de la revue Ultreïa - dont RCF est partenaire - publie un dossier "Pourquoi se retirer du monde? Ermites, désert, silence, solitude". Un dossier auquel collaborent notamment Christian Bobin, avec ses "Lettres de la forêt", quatre textes inédits ; Christine Jordis y raconte l'histoire de Kim Jeong-hui, maître de sagesse coréen du XIXè siècle plus connu sous le nom de Chusa ; Blanche de Richemont évoque la figure spirituelle hindoue Mâ Ananda Moyî, femme mystique du XXè siècle ; ou encore fr Gilles Baudry, moine de l'abbaye de Landévennec, publie un très beau texte sur "l'offrande monacale".
Une pluralité d'auteurs pour montrer que "c'est une universalité que cette quête de solitude et de silence et de désencombrement", comme l'explique Florence Quentin, la rédactrice en chef de la revue.
 

"Toutes ces traditions enjoignent le croyant à se confronter à lui-même, à s'émonder, à brûler les scories intérieures et aussi à faire l'expérience du silence pour que le divin puisse s'exprimer"

 

L'universalité de la quête de solitude

Dans toutes les grandes traditions religieuses du monde on trouve cette propension à se retirer du monde, pour vivre le silence et la solitude. Ainsi dès le IIè siècle av. J.-C., en Égypte, des ermites se retiraient au désert, ceux-là même qui ont inspiré plus tard Antoine le Grand et Pacôme le Grand, considérés comme les fondateurs du monachisme et du cénobitisme chrétiens.

 



 

Les trois grands monothéismes nés au désert

Plus spécifiquement, les trois monothéismes "sont nés dans le désert", comme le précise Florence Quentin. Il n'y a qu'à considérer Moïse, qui reçoit les Tables de la loi au sommet du mont Sinaï, Jésus qui se retire 40 jours au désert pour y être tenté, et enfin le prophète Mohammed qui se retire dans la grotte de la Hira pour méditer loin de la foule. "Toutes ces traditions enjoignent le croyant à se confronter à lui-même, à s'émonder, à brûler les scories intérieures et aussi à faire l'expérience du silence pour que le divin puisse s'exprimer."

 



 

Amour du prochain et solitude

Y a-t-il un paradoxe entre l'importance de la communauté pour les croyants, de l'amour du prochain, et cette quête de solitude qui donne l'impression que l'on fuit le monde ? C'est que précisément les renonçants ne fuient pas le monde, comme le dit Florence Quentin, "ils participent tout autant à l'amour du prochain que ceux qui portent la parole dans le monde". Dans leur solitude habitée, ils prient pour les autres.

 

Invités

  • Florence Quentin , égyptologue, rédactrice en chef de la revue Ultreïa

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h30, 20h45 et 02h00

Chaque semaine, Thierry Lyonnet donne la parole à un acteur de l'actualité culturelle. Ecrivains, metteurs en scènes, peintres, etc, parlent de leur travail et de leurs oeuvres. 

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!