Le royaume de Dieu, déjà là ou à venir ?

Présentée par PR-25144

S'abonner à l'émission

La chronique des Salésiens

mercredi 25 novembre 2020 à 6h55

Durée émission : 3 min

Le royaume de Dieu, déjà là ou à venir ?

© Jacques Rey

Dimanche dernier, au terme de notre année liturgique, nous fêtions discrètement le Christ Roi. Mais quel est donc ce Royaume, dont Jésus nous dit qu’il n’est pas de ce monde ?

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Un jour, un jeune garçon, que je préparais à la profession de foi, m’interrogeait : "Jean-Marie, le Royaume de Dieu, il est là ? Ou pas ? Car à certaines pages de son Évangile, Jésus nous dit qu’il est présent au milieu de nous, mais à d’autres, il nous demande de prier pour qu’il vienne : Notre Père, que ton règne vienne ! Alors, j’aimerais savoir : il est là ou bien il n’est pas là ?"

J’ai repris la réponse de Jésus, qui consiste en la parabole de la graine. "Le Royaume de Dieu est comparable à une graine qu’un homme a semée et qui devient un grand arbre."  Lorsque je suis face à une graine, je puis avec le même degré de vérité dire "l’arbre est là", puisqu’il est potentiellement contenu dans la graine, ou bien "l’arbre n’est pas là", car si je n’arrose pas, si je ne prends pas soin de lui, jamais il ne grandira. 

Ainsi, pour le disciple du Christ, il est aussi vrai de dire : "Le Royaume de Dieu est présent sur cette Terre", ou "il n’est pas encore advenu". Les deux acceptions sont aussi vraies l’une que l’autre, puisqu’il est présent sous le mode de la germination. Le Royaume de Dieu, ce n’est pas un territoire, c’est un "process" pour reprendre un terme du vocabulaire d’aujourd’hui.

L'enfant, un être en devenir

L’éducation est une belle illustration de cette parabole de la graine, et par là même du Royaume. En effet, l’enfant, comme la graine, est appelé à prendre racine dans l’héritage familial, culturel, religieux qui lui est transmis, et à éclore à sa nouveauté de sujet. Transmettre un héritage à l’enfant qui est là et accompagner la construction de l’adulte en devenir, telles sont les deux principales missions de tout éducateur. Aussi s’agit-il de porter sur l’enfant ce double regard, qui caractérise le regard évangélique, sur le "déjà là" et le "pas encore là", sur l’enfant qu’il est aujourd’hui et l’adulte qu’il est appelé à devenir.

Tel était le regard que portait Don Bosco sur chaque enfant qu‘il accueillait. Ce double regard le conduisit à articuler sa pédagogie autour de deux axes.

La sécurisation : l’enfant a besoin d’être sécurisé dans son présent pour relever le défi de grandir. Jean Bosco insistait sur le caractère sécurisant que devait revêtir l’institution salésienne, qu’il qualifiait de maison où l’enfant doit se savoir aimé.

La responsabilisation, car on ne peut apprendre à l’enfant à devenir un adulte responsable qu’en lui permettant d’exercer des responsabilités, bien sûr à la hauteur de ses épaules. Il ne s’agit donc pas seulement de vouloir  protéger l’enfant, mais aussi de le responsabiliser. Jean Bosco n’hésitait pas, dans ses maisons d’éducation, a confier très tôt des responsabilités aux plus grands vis-à-vis des plus jeunes.

Les dernières émissions

Le présentateur

Jean-Marie Petitclerc

Jean-Marie Petitclerc est prêtre, membre de la congrégation des Salésiens de Don Bosco, et éducateur. Photo : (c) Jacques Rey